archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Green night in Spain
Green night in Spain
Richard N. - Article publié le lundi 19 novembre 2007
Coupe du Monde 1982. Arrivée sans faire de bruit en Espagne, la sélection d’Irlande du Nord réalise un parcours remarquable, avec notamment une victoire mémorable contre l’hôte espagnol, le 24 juin à Valence.

Pour beaucoup d’observateurs avisés, la présence de l’équipe d’Irlande du Nord au Mundial 1982 est déjà en soi un exploit. Ce petit bout d’île jamais tranquille et toujours sous l’emprise de la Grande Bretagne compte à peine plus d’habitants que ce que l’Angleterre détient en footballeurs. Son équipe pratique un kick’n’rush assez frustre qui ne devrait pas trop inquiéter ses adversaires. On ne prend donc pas vraiment au sérieux cette équipe, d’autant plus que le sort l’a placée dans un groupe où deux équipes sortent du lot, l’Espagne, pays hôte, et la Yougoslavie, annoncée comme redoutable.

Son premier match, le 17 juin à Saragosse face aux yougoslaves, promet une belle opposition de styles. Mais si les Slaves monopolisent bien le ballon, ils se heurtent à la défense rugueuse des Britanniques, ce qui donne un 0-0 plutôt terne. La chronique évoque davantage la contre-perf des coéquipiers de Safet Susic sans mentionner la belle résistance des hommes de Billy Bingham. De cette équipe nord-irlandaise, seuls les spécialistes du foot british reconnaissent quelques joueurs : Il y a bien sûr l’immense Pat Jennings, gardien d’Arsenal, qui règne aux abords de la cage. On reconnaît également Sammy Mc Illroy, de Manchester United et les noms de Nicholl et O’Neill nous disent bien quelque chose. Ce que l’on découvre, c’est un trio offensif plutôt performant, composé de Billy Hamilton, Gerry Armstrong et d’un tout jeune meneur de jeu de dix-sept ans, qui a déjà joué quelques matches avec Manchester United, Norman Whiteside.

Le deuxième match face au Honduras est de bien meilleure facture. Annoncé comme le choc des faire-valoir, la rencontre n’attire que cinq mille curieux. Après seulement dix minutes de jeu, les Nord-Irlandais ouvrent le score par Gerry Amstrong. Ils auraient pu inscrire un ou deux autres buts, mais la partie bascule en début de seconde période avec l’entrée du remplaçant hondurien Laing. Celui-ci, sur son premier ballon, profite d’une action confuse pour tromper Pat Jennings. Avec deux matches nuls, et grâce à l’indigence des autres matches du groupe V, les Nord-Irlandais se retrouvent en position de qualifiable au moment d’attaquer leur troisième match. Mais à vrai dire, Billy Bingham et ses hommes ne croient guère en leur chance. Leur adversaire est l’Espagne, certes peu emballante depuis le début du tournoi, mais qui bénéficie du soutien de son public et aussi de quelques étranges erreurs arbitrales. Contre le Honduras comme contre la Yougoslavie, l’équipe sang et or s’est vu accorder quelques providentiels penalties qui lui ont évité de cuisantes déconvenues.

Cette rencontre du 24 juin 1982 au stade Luis Casanova de Valence va pourtant être le sommet du football nord-irlandais. Comme face aux Yougoslaves et aux Honduriens, les hommes de Billy Bingham canalisent sans trop de soucis une très brouillonne équipe espagnole. Les locaux savent qu’un match nul leur suffit pour passer ce premier tour, et ne semblent pas chercher une victoire qui redorerait leur blason. Puis l’évènement survient en début de seconde période. Sur un contre rondement mené, Gerry Armstrong lance Hamiton sur l’aile droite. Celui-ci s’échappe et adresse un centre très tendu. Luis Arconada se détend mais ne fait que repousser le ballon... dans les pieds de Amstrong. Celui-ci prend tout son temps pour ajuster sa frappe : 1-0 pour l’Irlande du Nord.

On se demande dès lors comment l’Espagne va s’y prendre pour égaliser. Certainement pas par le jeu, toujours indigent. Les prières locales se tournent en fait vers l’arbitre, qui comme ses collègues va bien trouver l’occasion de siffler un penalty. Mais Monsieur Ortiz Ramirez est un original. Plutôt que le classique penalty, le Paraguayen choisit une variante, l’expulsion. A l’heure de jeu, une echaufourrée entre Camacho et Mal Donaghy est l’occasion idéale. L’arbitre brandit le rouge au Nord-Irlandais, qui sort avec un sourire en coin qui en dit long. Les hommes de l’Ulster sont réduits à dix contre onze. A dix contre douze en comptant l’arbitre, et même à dix contre 49.562 en comptant le public. Penser qu’ils vont s’écrouler devant l’adversité, c’est bien mal connaître le fighting spirit de ces diables d’Irlandais. C’est un bloc soudé, solidaire et hermétique qui se dresse alors face aux Espagnols. Et lorsque cela ne suffit pas, il y a Pat Jennings qui règne en maître dans sa surface de réparation. Les hommes de Bingham tiennent jusqu’au bout et décrochent une victoire historique qui les propulsent au second tour.

Le second tour ne sera qu’un bonus pour une équipe qui avait tout juste songé à l’éventualité d’être encore présente. Le 1er juillet, les Irlandais accrochent l’Autriche (2-2) grâce à deux buts de Hamilton. Quatre jours plus tard, ils s’inclinent lourdement (4-1) face à une équipe de France euphorique, le seul adversaire peut-être qui a joué à son véritable niveau. Qu’importe la défaite, les Nord-Irlandais ont marqué ce Mundial 1982 de leur empreinte. Quatre ans plus tard, au Mexique, ce ne sera pas la même chanson. Dans un groupe ardu avec un Brésil intouchable et une Espagne largement meilleure qu’en 1982, les coéquipiers de Pat Jennings seront éliminés dès le premier tour.

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain