archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Germans always win ?
Germans always win ?
Richard N. - Article publié le mardi 21 août 2007
Angleterre contre Allemagne, c’est l’un des grands classiques du football mondial. Une rivalité née d’une finale polémique et entretenue par diverses revanches et un mot fameux de Gary Lineker.

L’équipe d’Angleterre a rencontré, au cours de son histoire, l’Allemagne à vingt-cinq reprises [1]. L’Angleterre affiche onze victoires, cinq nuls et neuf défaites. Un bilan que les chiffres bruts rendent favorable aux Anglais, mais que la réalité tend à inverser : Sur les cinq matches nuls comptabilisés, quatre sont synonymes de victoire allemandes. Deux demi-finales poursuivies aux tirs aux buts (Mondiale 1990, Euro 1996), un match retour de quart de finale déjà bouclé à l’aller (Euro 1972) et un 0-0 à Madrid en 1982, qui sera au bout du compte favorable à la RFA.

La rivalité footballistique entre les deux pays a pour point de départ le 30 juillet 1966 et la finale de la World Cup. Avant cela, les deux sélections ne s’étaient encore jamais croisées en match officiel. La première rencontre, amicale, a lieu le 10 mai 1930 au Grunewald Stadion de Berlin, et se solde par un score nul : 3-3. Les deux autres confrontations disputées dans ces troubles années 1930 ont vu deux larges victoires anglaises, 3-0 à White Hart Lane en 1935 puis 6-3 à Berlin en 1938. Des scores à vrai dire peu significatifs vu le contexte. Du match de Berlin notamment, on rappelle surtout que les joueurs anglais furent contraints d’exécuter le salut local devant les dignitaires du IIIème Reich. A cette époque, le foot anglais était encore le meilleur du monde alors que la sélection allemande, même renforcée par les Autrichiens, n’était qu’une équipe parmi d’autres.

Le rapport de force s’équilibre au lendemain de la Guerre. En 1954, à la surprise générale, l’Allemagne remporte la Coupe du Monde, une épreuve que l’Angleterre ne parvient pas encore à dompter. Six mois après leur triomphe, le 1er décembre, les coéquipiers de Fritz Walter sont invités à Wembley, mais se font laminer (3-1) par ceux de Stanley Matthews. En fait, lorsque les deux équipes se retrouvent sous le soleil de Wembley en juillet 1966, jamais encore les Allemands ne sont parvenus à battre l’équipe d’Angleterre. L’évènement ne se produira que le 1er juin 1968 à Hanovre, Franz Beckenbauer inscrivant le but du 1-0 historique.

Mais c’est bien le 30 juillet 1966 qu’est né le contentieux Anglo-Germanique. La défaite 4-2, et le but discutable de Geoff Hurst [2], sont toujours restés en travers de la gorge des Allemands. Et curieusement, le hasard a souvent par la suite jeté l’équipe d’Angleterre dans les pattes d’une Mannschaft avide de revanche. Et celle-ci ne s’en est pas privée : Depuis 1970, lorsque l’Angleterre est éliminée de la Coupe du Monde, c’est une fois sur deux à cause de l’Allemagne.

Petit rappel, en neuf dates clés, de la rivalité post-1966.

Leon, 14 juin 1970
Quart de finale du Mundial mexicain à l’Estadio Guanajito de Leon. Première revanche officielle de la finale 1966. L’Angleterre se balade et mène 2-0, mais Sir Alf Ramsey décide de faire sortir Bobby Charlton. Panique dans les rangs anglais qui voient leur adversaire prendre le contrôle de la partie et renverser la situation : 3-2 après prolongation.

Wembley, 29 avril 1972
Les deux équipes se retrouvent en quart de finale de la Coupe d’Europe des Nations (l’ex-Euro). La Mannschaft s’impose 3-1 à Wembley. Au retour quinze jours plus tard à Berlin, les deux équipes font match nul. L’Angleterre éliminée, l’Allemagne deviendra championne d’Europe.

Madrid, 29 juin 1982
Après douze ans d’abstinence, l’Angleterre retrouve la Coupe du Monde. Et l’Allemagne. Match nul 0-0 au second tour de l’épreuve. L’équipe qui fera le meilleur score contre l’Espagne se qualifiera pour les demi-finales : L’Allemagne s’impose 2-1, l’Angleterre est accrochée 0-0.

Turin, 4 juillet 1990
Quatrième confrontation anglo-allemande dans le cadre de la Coupe du Monde au stadio Dell Alpi de Turin, en demi-finale du Mondiale 1990. Les deux équipes se neutralisent 1-1, Lineker ayant répondu à l’ouverture du score de Buchwald. Paul Gascoigne se prend un carton jaune qui le prive de la finale et lui arrache des larmes. On joue la qualif aux tirs aux but : Chris Waddle envoie ton tir dans les nuages. Cette fois, Gary Lineker en est sûr : "A la fin, ce sont toujours les Allemands qui gagnent".

Wembley, 26 juin 1996
Nouvelle demi-finale entre les frères ennemis. Et nouvelle partie de tirs aux but, une nouvelle fois favorable aux Allemands. Le héros malheureux s’appelle cette fois Gareth Southgate. "Tears for heroes dressed in grey, no plans for final day..."

Anvers, 17 juin 2000
Premier tour de l’Euro 2000 entre deux équipes tourmentées. Alan Shearer trompe Oliver Kahn d’un coup de tête et déclenche les rotatives : Pour la première fois depuis 1966, l’Angleterre bat la Mannschaft dans un match officiel. Un coup pour rien puisque les deux sélections sortiront dès le premier tour.

Zurich, 6 juillet 2000
Franz Beckenbauer et Bobby Charlton se retrouvent dans les salons de la FIFA pour un Angleterre-Allemagne un peu particulier. Il s’agit d’attribuer le pays hôte de la Coupe du Monde 2006 pour lequel les deux pays (mais aussi le Maroc et l’Afrique du Sud) ont postulé. Mais on l’a déjà dit cent fois, à la fin, ce sont toujours les Allemands qui gagnent.

Wembley, 7 octobre 2000
Dernier match à Wembley avant travaux, Angleterre-Allemagne est un joli symbole. Les deux sélections sont au plus mal et c’est la moins mauvaise de la soirée, l’Allemagne, qui s’impose. Kevin Keegan se dit que le métier de sélectionneur n’est pas fait pour lui.

Munich, 1er septembre 2001
Match décisif pour la qualification à la Coupe du Monde 2002. Dernier "classique" de l’équipe aux Trois Lions. Un hat-trick de Michael Owen, deux autres buts made in Liverpool... Stupeur sur l’Europe, l’Angleterre s’impose 1-5 à Munich.

On laisse le mot de la fin à Nick Hornby pour sa théorie expliquant la supériorité historique de la Mannschaft sur le onze anglais. Juste avant la Coupe du Monde 2006, l’écrivain délivra à un journal allemand cette explication : "Vous, les Allemands, vous jouez un football tellement ennuyeux qu’au bout de cinquante minutes de jeu, vos adversaires perdent tout intérêt pour le match".

[1] Sont comptés les matches contre l’Allemagne ou RFA. Ceux contre l’Allemagne de l’Est, peu significatifs, sont volontairement passés à la trappe.

[2] voir notre article Le but de la centième minute

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves
Supersub strikes again !
Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain