archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

From Dusk Till Dawn
From Dusk Till Dawn
Rian Gyggs - Article publié le vendredi 10 août 2007
Au beau milieu des années 90, ces florissants millésimes qui ont vu Ferguson et les siens remplir l’armoire à trophées de Manchester United, figure une saison où les Mancuniens ont bu la tasse. 1994-95, chronique d’une noyade imprévue.

Au sortir de la saison 1994, Manchester United est un superbe double champion d’Angleterre, qui plus est tenant de la FA Cup. Le club peut compter sur une équipe pleine de talents de tous âges, de Giggs à Cantona en passant par Keane ou Hugues, Ince et Kanchelskis. Le club se sent tellement fort qu’il ne prend pas la peine de beaucoup prospecter le marché des transferts. Une seule signature suffit amplement, celle de David May, défenseur en provenance du dauphin Blackburn.

Les premiers matchs se déroulent sans heurt, mais très vite les interrogations fusent sur le niveau réel de l’équipe, qui se révèle intraitable à domicile mais moyenne à l’extérieur, pendant que les Rovers de Jack Walker (richissime propriétaire), Kevin Keegan (entraîneur génial), Chris Sutton (transfert record à l’été pour 5 millions de livres) et Alan Shearer (buteur prolifique) enquillent les points. Noël arrivant, Ferguson trouve sous le sapin une mini-crise en guise de cadeau. Pressé de toutes parts de recruter pour revenir dans la course au titre, le coach écossais fait venir Andy Cole, en provenance de Newcastle et pour 7 millions de livres, record du transfert le plus cher battu (6 millions et le jeune Keith Gillespie - valorisé 1 million - qui fait le voyage inverse). Voilà United relancé.

Dès la fin janvier, la saison prend un tournant dramatique. Eric Kung-Fu Cantona pète les plombs à Selhurst Park. Huit mois et 30.000 livres d’amende pour cette attaque insensée sur un supporter de Crystal Palace. Les derniers mois promettent d’être difficile pour les Red Devils, et ce d’autant plus que se propage la rumeur d’un Cantona qui profiterait de cette suspension pour tirer définitivement un trait sur sa carrière. Andy Cole, le nouvel arrivant, n’est pas touché par la sinistrose ambiante et fait parler sa gâchette : Douze buts dans les dix-huit derniers matchs de la saison. Tant et si bien que l’équipe peut envisager de conserver ses deux titres, Coupe et Championnat. Il faut pour cela battre West Ham lors du dernier match de Premier League et Everton en finale de Coupe, une semaine plus tard.

14 mai 1995, Upton Park. Une victoire et le titre est acquis, quel que soit le résultat de Blackburn à Anfield. Les assauts des Diables Rouges s’abattent sur les cages de West Ham. 1-0. Dans un contre inattendu, les locaux égalisent, puis se mettent à défendre comme si leur vie en dépendait. Etrange, murmurent les uns, dommage, pleurent les autres devant ce nul consternant qui donne le Championnat à Blackburn pourtant battu par Liverpool (2-1). Ferguson qualifiera le comportement démesuré des Hammers de « somme d’effort obscène »...

20 mai 1995, Wembley Stadium. Sans Cantona, Kanchelskis et Cole, United est méconnaissable, encore abattu de la perte de son titre de champion une semaine auparavant. Les Toffees, de leur côté, atteignent des sommets de nullité dans le jeu. Pour beaucoup, ce match est la finale la plus insipide de toute l’histoire de la Cup. Même le but de Rideout est inscrit on ne sait trop comment. Qu’importe, car il sacre Everton devant United qui a tout perdu en quelques jours.

Cette fin de saison n’a pas encore délivré toutes ses surprises pour les fans de United, dont le cauchemar continue : ventes éclair de Ince, Kanchelskis et Hugues pour un famélique total de 14 millions de livres. United ne parvient pas à faire signer Shearer, sacré meilleur buteur cette année-là (34 buts avec le champion) : le joueur de l’année rejoint Newcastle. Pire, Cantona pourrait faire l’objet dès son retour de suspension d’un transfert qui l’enverrait à l’Inter. Inévitablement, certains évoquent le départ d’Alex Ferguson.

Les choses rentrent dans l’ordre dès l’année suivante avec un nouveau doublé Championnat- Coupe. Evidemment, quand on regarde l’ensemble de la décennie 90 (deux Coupes d’Europe, cinq championnats, quatre FA Cup), ce double raté de 1995 semble anecdotique. Beaucoup de clubs se contenteraient volontiers d’une année ponctuée d’un titre de vice-champion et de finaliste de la Coupe. Mais pour United et ses fans, ces deux matchs figurent à jamais dans les pires matchs de l’histoire des Red Devils.

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain