archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Everybody Wants To Be A Cat
Everybody Wants To Be A Cat
Rian Gyggs - Article publié le mardi 24 avril 2007
Une seule et unique fois dans l’histoire de la FA Cup le trophée a quitté l’Angleterre. Après les deux finales perdues à la fin du XIXème siècle par le Queen’s Park FC de Glasgow, Cardiff City a créé la sensation en s’imposant à Wembley le 24 avril 1927.

Dès 1925, Cardiff City avait envisagé de sortir le trophée d’Angleterre. Arrivée en finale, l’équipe s’était toutefois inclinée face à Sheffield United. Déçus mais forts de cette expérience unique à Wembley, les joueurs s’étaient promis d’y revenir. Deux ans plus tard, les Gallois perçoivent durant la saison un signe du destin. En effet, un petit chat noir suit les entraînements de près. Intrigués de retrouver ce chat quelque soit le jour ou l’endroit où ils décident de s’entraîner, les joueurs chargent un des leurs de retrouver le domicile de l’animal. Hughie Ferguson est désigné. L’intéressé s’acquitte avec succès de cette tâche, mais persuade le propriétaire de laisser l’équipe adopter le chat en guise de mascotte. Si Cardiff atteint la finale, un ticket sera attribué au propriétaire, qui accepte.

Le chat reste au sein de l’équipe et devient la mascotte officielle du club. Il prend le nom de Trixie et est présent dans son panier lors de tous les déplacements des Bluebirds. La campagne de FA Cup 1927 a démarré à domicile pour Cardiff, avec la réception d’Aston Villa, battue 2-1. Les Gallois vont ensuite s’imposer 2-0 à l’extérieur, du côté de Darlington. Le vrai test a lieu avec le déplacement à Bolton, tenant du titre. Victoire éclatante 2-0. Trixie fait décidément de l’effet. Le 0-0 obtenu en quarts de finale à Stamford Bridge débouche sur un replay remporté 3-2 à Ninian Park. Match nul contre Reading, puis victoire lors de la revanche. Cardiff est de nouveau en route pour Wembley et la grande finale contre Arsenal. Quant au propriétaire de Trixie, il fait partie des 91.000 heureux bénéficiant d’une place pour cette finale, sur 300.000 demandes de tickets.

Arsenal, récemment pris en main par Herbert Chapman, est le grand favori. Mais les choses ne se déroulent pas ainsi. De l’avis de tous, cette finale n’est pas brillante. La balle reste cantonnée le plus souvent au milieu de terrain. De chaque côté, les attaquants peu inspirés ne mettent pas beaucoup les gardiens à contribution. On s’ennuie ferme dans les tribunes : les Gunners et les Bluebirds se neutralisent, pour la plus grande tristesse des supporters.

Néanmoins, dans le dernier quart d’heure de jeu, le destin vient encore s’en mêler. Touche jouée par Keenor pour Cardiff, la balle à McLachlan qui passe à Ferguson. L’Ecossais est connu pour sa grande précision dans les tirs de loin. Il tente sa chance. Sous la pression de Davies, le gardien des Cannoniers se couche sur la balle... qui lui échappe et file le long de la ligne. La balle a-t-elle rebondi sur son coude, son bras, son poignet ? A qui donner le but : Ferguson, Davies qui semble avoir effleuré le ballon au passage, ou le pauvre Lewis contre son camp ? La seule certitude réside dans le fait que le but est bel et bien valable, et logiquement accordé par l’arbitre M. Bunnell. Poussant désespérément dans les dernières minutes, Arsenal se crée vaguement un semblant d’occasion. Les Londoniens ne reviendront pas au score.

Dès le lendemain du match, Ferguson est crédité du but victorieux, et les Gallois sont fêtés à leur retour au pays comme des héros. Tout Cardiff a pu suivre l’exploit de l’équipe (Farquharson - Nelson, Watson, Keenor - Sloane, Hardy, Curtis - Davies, McLachlan, Irving, Ferguson) à la radio, notamment grâce aux enceintes installées dans Cathays Park. Scènes de joie et soirées bien arrosées s’ensuivent. Les Gallois auraient eu tort de s’en priver : après cette victoire historique, la Coupe repartira dès 1928 en Angleterre, du côté de Blackburn, et ne quittera plus jamais le pays par la suite.

Cerise sur le gâteau, Cardiff City signe la plus belle saison de son histoire en remportant également le Charity Shield quelques semaines plus tard, face aux London Corinthians. Quant à Ferguson, il termine cette saison-là avec un total cumulé en carrière de 271 buts en 281 matchs. Transféré deux ans plus tard à Dundee pour cause de blessures à répétitions, Hughie, héros déchu de la finale mythique de 1927, supporte mal de ne plus tenir le haut de l’affiche. La dépression dans laquelle il plonge ne l’aide pas vraiment à retrouver le chemin des buts. Au début de l’année 1930, miné par la disparition de sa scoring touch, il met fin à ses jours et meurt à l’âge de 33 ans. Certains superstitieux laissent entendre dire que ce chat noir était diabolique et qu’il a fauché précocement Ferguson en échange du but de la victoire à Wembley...

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain