archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Ram Power
Ram Power
Richard N. - Article publié le dimanche 8 avril 2007
Le 22 octobre 1975, le Baseball Ground vit sans doute la plus belle soirée de foot de son histoire. Ce soir-là, le grand Real Madrid est sérieusement bousculé par Derby County et un Charlie George de gala.

Derby County, champion d’Angleterre 1975, nourrit de grandes ambitions pour la Coupe d’Europe des Clubs Champions. Leur première participation, en 1972/73, avait vu les Rams de Brian Clough atteindre les demi-finales et se faire éliminer par la Juventus au terme de deux rencontres très controversées. Trois ans plus tard, l’Ecossais Dave MacKay a remplacé Brian Clough sur le banc et a réussi le coup de force de l’intersaison en allant chercher Charlie George, le bad boy d’Arsenal, héros de la finale de la Cup 1971.

A dire vrai, Arsenal n’a eu aucun mal à se séparer de son buteur-vedette. Celui-ci n’est plus que l’ombre de lui-même et ses frasques hors du terrain ont fini par décourager le manager Bertie Mee. Dans le Derbyshire, loin de Londres et de ses tentations, Charlie George se reconcentre sur son métier et retrouve la détermination qui en avait fait l’un des meilleurs attaquants de son époque. Et la Coupe d’Europe arrive à point nommé pour assouvir sa nouvelle ambition.

Si Derby passe aisément le premier tour face au Slovan Bratislava, les huitièmes de finale lui offre un morceau plutôt coriace, le Real Madrid. Certes, le sextuple champion d’Europe n’a plus rien remporté depuis dix ans (sur le plan européen s’entend), mais il n’en reste pas moins l’un des clubs les plus prestigieux de la vieille Europe. Inutile de préciser que le Baseball Ground affiche complet le soir du match aller, le 22 octobre 1975.

La rencontre démarre très vite. Après neuf minutes de jeu, Derby déploie une attaque sur son flanc gauche. Archie Gemmill envoie un centre jusqu’au point de penalty où surgit Charlie George. Celui-ci déclenche une volée foudroyante qui envoie le ballon dans la cage de Miguel Angel. Six minutes plus tard, Francis Lee entre balle au pied dans la surface, mais se fait crocheter par Del Bosque. Le penalty, indiscutable, est transformé par Charlie George.

L’assistance du Baseball Ground est au comble de sa joie, mais son enthousiasme est refroidi une dizaine de minutes plus tard. A la réception d’un centre de son capitaine Amancio, l’attaquant espagnol Pirri contrôle de la poitrine et trompe Boulton. Mais Derby reprend les choses en main et juste avant la mi-temps, accentue son avantage sur une tentative de David Nish. Le tir lointain du défenseur anglais surprend un Miguel Angel pas très clair qui voit le ballon lui glisser sous le corps.

Le début de la seconde période est dominé par le Real. Sur une attaque rondement menée, Pirri parvient même à inscrire un deuxième but, mais il est refusé pour un hors-jeu que les ralentis de la télévision démentiront. Les joueurs du Real manifestent leur mécontentement auprès de l’arbitre soviétique Monsieur Ivanov, puis s’en prennent à son assistant qui n’est autre, quelle bonne surprise, que Monsieur Bahkramov, l’homme qui fit basculer la finale de 1966 [1].

Au début du dernier quart d’heure, un ballon de Günter Netzer est intercepté par Gemmill. Sur l’attaque qui suit, Hector entre dans la surface mais se fait faucher par un Netzer revenu en catastrophe. C’est l’incontestable penalty que contestent pourtant vigoureusement les joueurs du Real. Après de multiples palabres, Charlie George prend Miguel Angel à contre pied et inscrit son troisième but de la soirée.

Les Anglais l’emporte 4-1. Face à n’importe quelle équipe, ils auraient pu croire la qualification acquise. Mais le Real Madrid n’est justement pas n’importe quelle équipe. L’histoire européenne du club espagnol regorge de retournement de situations en tout genre. Et les Rams vont cruellement compléter la liste. Dans un Santiago-Barnabeu garni de 120.000 spectateurs, le Real Madrid ouvre le score après seulement trois minutes. Au bout d’une heure, il mène 3-0 et tient sa qualification. Charlie George, encore lui, donne un peu d’espoir en inscrivant son quatrième but face au Real. Mais Derby encaisse un quatrième but dans les dernières minutes, puis un cinquième dans la prolongation.

Peu importe finalement ce qui s’est passé au match retour. Derby n’oubliera jamais la folle soirée du match aller et les fulgurances de Charlie George.

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves
Supersub strikes again !
Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain