archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Sweet Six Weeks
Sweet Six Weeks
Rian Gyggs - Article publié le vendredi 16 février 2007
Les entraîneurs français outre-Manche connaissent des fortunes diverses. En 2004, Cambridge United a confié son destin pour quelques semaines à un voyageur multi-tâches, Claude Le Roy.

Après une carrière de joueur ronronnante (Rouen, Ajaccio, Avignon, Laval, Amiens), Claude Le Roy lassé de la province s’achète une belle chemise à fleurs et un diplôme d’entraîneur pour parcourir le monde (Shanghai, Al-Shabah). Mais c’est en tant que sélectionneur qu’il acquiert ses titres de noblesse (vainqueur de la CAN 1988 avec le Cameroun). Du Sénégal à la Malaisie en passant par Strasbourg, Le Roy multiplie les fonctions aussi floues que prestigieuses : consultant pour Canal Plus, directeur sportif au Paris Saint-Germain, superviseur au Milan AC, et... conseiller spécial du Cambridge United FC.

Fin mars 2004. Après une série de six défaites en huit matchs, et accessoirement le dixième revers de la saison à domicile, Cambridge se retrouve au pied du mur : 22ème (sur 24 clubs) de League Two (la quatrième division). L’entraîneur John Taylor en fait les frais, les dirigeants confiant à Claude Leroy la délicate mission de sauver le club. Six petites semaines et huit matchs pour éviter la piteuse Conference, dead end du football professionnel britannique. L’arrivée de cet oiseau migrateur dont le coiffeur purge une peine de prison à vie excite tout le monde, à commencer par le président du club : "En nommant Claude, nous avons recruté l’un des manageurs les plus respectés d’Europe, sinon du monde. C’est peut-être le transfert le plus important que le club ait jamais fait". La presse locale en fait aussi ses choux gras, pressée de voir arriver des stars étrangères pour pas cher, grâce aux super contacts internationaux de Mister Le Roy.

La conférence de presse inaugurale permet au technicien français de mettre les points sur les i. Primo, il vient ici gratuitement, pour rendre service à son ami et chairman de l’époque Edward Freeman. Claude « CDiscount » Le Roy a signé un « contrat moral » pour même pas 1£. Deuxio, il n’est ni entraîneur, ni manager... mais conseiller. Il suivra le club de loin, en continuant parallèlement son activité de la chaîne cryptée. Mais alors, qui dirigera les entraînements ? Son jeune et sémillant assistant Hervé Renard. Tertio, il se garde bien de toute promesse d’engagement envers le club pour la saison prochaine, quand bien même le maintien serait obtenu. Il sait le club financièrement miné par la chute deux ans plus tôt des rentrées liées aux droits TV.

Dans une interview donnée récemment, Claude Le Roy a reconnu distinguer deux catégories d’entraîneurs : ceux qui s’investissent à fond et tout le temps, et les « Club Med Manager »©, qui arrivent deux jours avant le match et repartent aussitôt après. Il faut croire qu’à Cambridge il choisit cette deuxième option. Il manque deux des trois premiers matchs et passe le plus clair de son temps sur le continent. Qu’importe, puisque le tandem Renard-Le Roy engrange ses premiers résultats : victoire, nul et victoire encore, cette fois-ci dans un match primordial contre York City, lanterne rouge. Le Roy a de la bouteille mais pas de baguette magique, la défaite chez le leader et vainqueur final de la Coca-Cola League Two, Doncaster Rovers, est donc inévitable. Suivent deux matchs nuls dont un contre l’éternel rival Oxford. Le pari est en passe d’être gagné. Le maintien est finalement assuré à une journée de la fin, au soir d’une victoire dans un match à douze points : 3-2 à Abbey Stadium contre Scunthorpe United (qui finira la saison 22ème). Le dernier match de la saison pour le plaisir, victoire 1-0 contre Leyton Orient, où le gardien remplaçant, 17 ans et premier match chez les pros, se paye le luxe d’arrêter un penalty. « The U’s » terminent treizième avec cinquante-six points, dont quinze de Claude Le Roy, qui a gagné la reconnaissance et quelques tournées de pintes des supporters.

En toute logique, Claude souhaite garder intact son costume de super héros (quatre victoires, trois nuls en huit matchs, c’est 12,5% de défaites, qui dit mieux ?) et refuse toute continuation pour la saison 2004-05. Dommage, les supporters de Cambridge attendaient déjà Chilavert, Njanka et consorts. Hervé Renard, moins rusé, s’engage lui dans un piège qui se referme en décembre de la même année. Viré, remplacé par l’entraîneur des juniors, Ricky Duncan. Les derniers joueurs de talent quittent le navire au mercato, et la relégation est inévitable pour Cambridge au bout d’une saison 2004-05 infernale : vingt-deux défaites, trente points (dix de pénalité pour banqueroute). Bienvenue en Conférence, treize ans seulement après avoir raté d’un cheveu la montée dans l’élite pour la toute première saison de Premier League...

De son côté, Claude Le Roy retrouve le chemin de l’aéroport. Il atterrit dès l’été au Congo, où il mènera les Simba, la sélection nationale, à un quart de finale de Coupe d’Afrique des Nations (2006).

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain