archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Les Invincibles de Preston
Les Invincibles de Preston
Richard N. - Article publié le vendredi 25 août 2006
Le 10 décembre 1888, le premier championnat d’Angleterre est remporté par un club du Lancashire, Preston North End. Un club nourri par la fortune d’un manufacturier, une équipe renforcée par des mercenaires venus d’Ecosse. Bref, un club professionnel.

Le Preston North End Football Club a été créé en 1878 au sein d’un club de cricket fondé quinze ans plus tôt. Il joue dans un stade bâti à la hâte sur un ancien terrain de la ferme de Deepdale, qui lui a donné son nom. Durant ses premières années, l’équipe vivote bon an mal an, et regarde jalousement les exploits de son prestigieux voisin, Blackburn Rovers.

Lorsque North End accueille les Rovers, c’est un peu la fête au village. Du moins avant le match. Après, c’est plutôt la soupe à la grimace : Preston s’est pris une dizaine de buts sans en rendre beaucoup. Si joueurs et supporters semblent résignés à cette situation, ce n’est pas le cas du Major William Sudell. Celui-ci fait partie des fondateurs de la section foot et fut l’un des premiers joueurs, en 1878. Il est devenu le patron d’une importante manufacture locale de coton, et par la même occasion, président du club. En homme ambitieux, il lui est insupportable de penser que son équipe ne puisse pas un jour battre ces orgueilleux voisins de Blackburn.

En 1882, Sudell file en Ecosse oú l’on dit qu’il y a de bons footballeurs, qu’ils sont nombreux et que surtout, ils sont prêts à quitter leur région pour un peu de travail et beaucoup d’argent. Il parvient à s’attacher les services de Drummond, Russell, Gordon et surtout Nicky Ross, le buteur de Heart Of Midlothian, un des meilleurs joueurs de l’époque. Le Major ne peut certes pas les payer pour jouer au football. La très prude fédération anglaise de football est toujours attachée à ses principes d’amateurisme et n’accepte pas que la pratique du jeu soit rémunérée. Comme bon nombre de clubs déjà, Sudell saura contourner cette loi. Ses Ecossais venus renforcer l’équipe travaillent officiellement à la manufacture. En vérité, ils sont payés pour attendre paisiblement l’heure de l’entraînement.

Avec ses Ecossais, Preston réalise notamment quelques performances intéressantes en FA Cup. Mais le 19 janvier 1884, après avoir concédé un match nul (1-1), l’équipe d’Upton Park, modèle de club amateur, porte plainte auprès de la FA pour usage de joueurs rémunérés. Aux questions des dirigeants de la Fédération, le major Sudell ne se défile pas et avoue le professionnalisme déguisé de ses joueurs. Preston est exclu de la Cup. Une sanction qui ne va pas freiner ses ambitions, au contraire. Le professionalisme "marron" est déjà une pratique courante parmi les clubs du Nord de l’Angleterre. Tous ensemble parlent même de se retirer de la FA pour créer une fédération indépendante et professionnelle. Sous la menace de perdre ses meilleurs clubs, la FA doit céder. Le football professionnel naît officiellement en Angleterre.

Deux autres écossais, James Ross, le jeune frère de Nicky, et Sam Thomson rejoignent North End, de même que Robert Howarth, un jeune du cru. En 1885, l’équipe est renforcée par un cannonier de 22 ans, John Goodall. Rare anglais de la formation, Goodall deviendra la vedette du club. Lors de sa première saison, en 1885/86, il inscrit 50 buts en 56 rencontres. A Deepdale, les derbys contre Blackburn ne se terminent plus par des scores ahurissants. C’est même Preston qui prend la plupart du temps le dessus. Les matches attirent jusqu’à quinze mille spectateurs. Du 22 août 1885 au 26 avril 1886, Preston enchaîne une série d’invincibilité de 64 rencontres (59 victoires, 318 buts). Ce qui vaut aux joueurs un surnom qu’il honoreront longtemps : "The Invincibles". Leur réputation est telle que, le 24 mars 1888, Preston dispute face à West Bromwich Albion une finale de FA Cup qu’il est sûr de remporter. Tellement sûr que les joueurs se font photographier avec le trophée... avant le match ! Heureusement pour la morale, WBA s’imposera finalement 2-1.

Le premier championnat d’Angleterre voit le jour en 1888. Une "Football League" que Preston domine largement. Invaincu de la première à la dernière journée, Preston remporte 18 rencontres sur 22 et termine avec onze points d’avance sur Aston Villa et ses poursuivants. 74 buts sont inscrits, dont 20 par John Goodall. Preston remporte également la Cup, après avoir battu Wolverhampton (3-0) en finale. Il réalise du même coup le premier doublé Cup-Championnat de l’histoire.

Preston conservera son titre en 1889-90, puis déclinera peu à peu, au point de descendre en Deuxième Division. On retrouvera bien plus tard North End dans quelques finales de FA Cup, dont une qu’elle remportera presque miraculeusement, en 1938, contre Huddersfield Town (1-0, un penalty à la dernière minute). Dans les années cinquante, l’équipe brillera encore dans l’élan de sa vedette Tom Finney. Dans les années soixante-dix, de grands joueurs (Nobby Stiles, Bobby Charlton) viendront y terminer leur carrière et s’essayer au métier d’entraîneur.

Mais jamais Preston ne retrouvera l’éclat des "Invincibles", qui occupent désormais une place à part dans la légende du football anglais : celui des premiers champions d’Angleterre.

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain