archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

I’m only the piano player
I’m only the piano player
Richard N. - Article publié le lundi 7 août 2006
Watford. Un nom qui claque dans nos souvenirs. Le début des eighties, Luther Blissett et John Barnes, Graham Taylor et Elton John, la finale de la Cup face à Everton... Le club le plus pop des années 1980 revient dans la cour des grands.

Watford est de retour dans l’élite du foot anglais, et comme le hasard fait bien les choses, les Hornets vont démarrer leur saison par une rencontre à Everton. Joli flash-back : Everton-Watford est en effet le sommet de l’histoire du club. C’était en 1984 et l’équipe de Graham Taylor disputait face aux Blues de Liverpool la finale de la FA Cup. Une finale perdue 2-0 qui arrachera des larmes, de vraies larmes d’enfant, à son président, un certain Elton John.

Car c’est bien grâce à celui qui jouait du piano debout que le club du Hertfordshire est sorti de l’anonymat. En 1974, une journaliste du NME signale au chanteur que son club favori est mal en point. Il se noie dans les profondeurs de la troisième division et n’a plus un sou en caisse. La star à lunettes organise alors un concert à Vicarage Road, le stade du club. Il appelle en renfort son ami Rod Steward, un autre mordu de foot, et le show attire plus de quarante mille spectateurs. Les 20.000 livres récoltées sont une bouffée d’oxygène pour le club... et un ticket d’entrée pour intégrer le board. C’est ainsi qu’Elton John, son smoking rose et ses lunettes à écailles font leur entrée dans le monde du football, pourtant réputé conservateur et plutôt homophobe.

De l’extérieur, on voit cet engagement comme une excentricité de plus. Mais la star ne se contente pas d’attirer les projecteurs vers le club, elle prend sa mission de dirigeant très au sérieux. Suite à la relégation de 1975, Elton John élève suffisamment la voix pour imposer le manager auquel il croit : Graham Taylor, un jeune entraîneur qui s’est distingué en faisant du Lincoln FC une terreur de la troisième division. Pour faire bonne mesure, il offre à son jeune coach un conseiller de luxe, l’ancien manager d’Arsenal Bertie Mee. Les résultats ne se font pas attendre : Dès la première saison de l’ère Taylor, Watford est champion de quatrième division. L’année suivante, même topo à l’étage au dessus et Watford débarque en Deuxième Division. Elton John devient officiellement le président du club en 1977. Un président pas toujours présent, tournées mondiales obligent, mais qui ne perd pas une miette des matches de son équipe. A l’époque où les transmissions d’informations ne sont pas aussi perfectionnées qu’aujourd’hui, Elton fait la fortune des telecoms internationaux en restant de longues minutes au bout du fil pour suivre un match.

Ce président pas comme les autres est, semble-t-il, de ceux qui laissent travailler leurs entraîneurs. Pour évoquer ses relations avec son patron, Graham Taylor avait eu ce mot savoureux : "Je ne lui parle jamais de mes goûts musicaux. Comme ça, il évite de me donner son avis sur le foot". L’ascension du Watford Football Club se poursuit en 1982, où les Hornets atteignent la Première Division. On ne leur promet qu’un bref passage, mais avec John Barnes, Luther Blissett et autres Mo Johnston, le club fait beaucoup mieux que s’accrocher : Il termine deuxième, derrière Liverpool, mais bien devant Manchester, Tottenham et consorts. La saison suivante, le club s’offre une escapade en Coupe UEFA (Kaiserlautern et le Levski balayés...) puis un joli parcours en FA Cup qui l’emmène à Wembley (défaite contre Everton). L’euphorie durera jusqu’en 1987, jusqu’à ce que Graham Taylor quitte le club. Elton John, de son coté, connait quelques problèmes divers, et choisit de vendre ses parts au businessman Robert Maxwell. Fin d’une époque : En 1988, Watford est relégué en Division II.

La suite de l’histoire est moins glamour. Watford ne parvient pas à revenir parmi l’élite. Pire, ses résultats sont tels que le club, en 1996, descend en troisième division. A croire qu’un seul homme soit capable de faire vivre ce club, on supplie Elton John de revenir aux affaires. Nommé "président à vie", le chanteur rappelle Graham Taylor, comme directeur tout d’abord, puis comme entraîneur puisque celui en place ne faisait décidément pas l’affaire. Et c’est le miracle : Watford termine en tête de la D3 en 1998. La saison suivante, les Frelons se qualifient pour la Premier League ! Les meilleures choses ayant une fin, Watford ne fait pas un pli et redescend aussitôt en deuxième division. Graham Taylor quitte alors le club, une deuxième fois.

Même s’il n’a plus de fonction exécutive au sein du club, Elton John donne régulièrement un concert à Vicarage Road, histoire de renflouer le club de son coeur. Aujourd’hui, après quelques épisodes tristounets, Watford retrouve la première division. Pour beaucoup de fans, Adrian Boothroyd, le jeune entraineur à la tête de l’équipe depuis mars 2005, est un nouveau Graham Taylor. On en attend la confirmation dès le 19 août prochain. Le jour d’Everton-Watford...

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves
Supersub strikes again !
Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain