archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Du parmesan sous la poudre
Du parmesan sous la poudre
Richard N. - Article publié le 3 février 2006
Le 4 mai 1994 à Copenhague, Arsenal dispute et remporte la finale de feu la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupes. Le sommet du Boring Arsenal de George Graham, une équipe cent pour cent anglaise... Autant dire une autre époque.

Arsenal en finale d’une Coupe d’Europe, voilà un événement que les Gooners attendaient depuis quatorze ans. Il ne s’agit il est vrai pas de la Big Cup, celle aux Grandes Oreilles, mais de la Coupe des Vainqueurs de Coupes. Celle-ci, bien que souvent considérée comme la moins prestigieuse des trois épreuves européennes de clubs, conserve encore, au milieu des années 1990, un certain prestige. La solide équipe de George Graham, tenante à la fois de la FA Cup et de la League Cup, aimerait bien accrocher une Coupe supplémentaire à son tableau de chasse. Pour cela, elle a tour à tour éliminé les danois d’Odense, puis le Standard de Liège (7-0 à Highbury !), le Torino et le Paris Saint Germain.

La finale se dispute le 4 mai 1994 à l’Idrætspark de Copenhague. Les Gunners sont opposés au Parme AC, tenant du titre. Pas vraiment un géant du Calcio, mais un de ces clubs émergents auquel on promet un bel avenir. Soutenu par la firme Parmalat, ce club peut aligner quelques vedettes telles le suédois Tomas Brolin, le Colombien Faustino Asprilla et un certain Gianfranco Zola.

L’équipe qui a fait à la fois le désespoir et la fortune de Nick Hornby est loin d’être la favorite de cette finale. George Graham déplore deux absents de choix : Son buteur Ian Wright et le milieu de terrain danois John Jensen. Il peut toutefois compter sur le gardien David Seaman, et son fameux back four défensif, Dixon, Bould, Adams et Winterburn, cauchemar de plus d’un attaquant en Premier League.

Cette rencontre est la première finale italo-anglaise depuis le drame du Heysel, ce qui a mis la police danoise sur les dents et la ville dans une configuration des grandes crises. Heureusement, les nombreux policiers mobilisés n’auront guère à intervenir.

Favorite des médias, l’équipe de Parme va pourtant passer à coté de son match. Arsenal va profiter des errements transalpins et ouvrir rapidement la marque. A la 21ème minute, un défenseur parmesan tente un retourné acrobatique, qu’il manque complètement. Le ballon arrive dans l’axe vers Alan Smith. L’attaquant londonnien, aux abords de la surface, contrôle de la poitrine et déclenche une frappe qui touche le poteau gauche de Bucci avant de mourir dans les filets.

Ce sera le seul but d’un match que notre mémoire a bien du mal à faire resurgir. Les Parmesans tenteront, de manière désordonnée, de rattrapper ce but concédé trop tôt, mais la défense londonienne se montrera fidèle à son habitude : intraitable. Le club italien confirme la terrible tradition de cette Coupe des Coupes qui ne s’offre jamais deux fois de suite au même club.

Arsenal remporte donc son deuxième trophée européen. Le premier, c’était une Fairs Cup (Coupe des Villes de Foires) datant de la préhistoire. Du moins, plus précisémment, de 1970. Pour que son tableau de chasse soit complet, il ne lui reste désormais plus qu’à remporter la Coupe aux Grandes Oreilles. On attend toujours...

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves
Supersub strikes again !
Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain