archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Wanderers, pour l’Histoire
Wanderers, pour l’Histoire
Yann Rush - Article publié le mercredi 4 janvier 2006
Le 16 mars 1872 au Kennington Oval de Londres, Shropshire Wanderers s’impose 1-0 devant Royal Engineers. C’est la première finale de la plus ancienne des compétitions de l’histoire du football, la FA Cup.

La plus ancienne des épreuves de football vit précisémment le jour le 20 juillet 1871. Dans les bureaux du quotidien londonien « The Sportsman », Charles Alcock, Secrétaire Général de la Football Association, et six comparses mirent sur pied la "Coupe du Challenge de la Football Association". L’idée était simple : réunir tous les clubs de la Football Association au sein d’une épreuve d’envergure. Sur les trente clubs alors affiliés, seule la moitié s’acquitèrent de l’inscription d’une livre sterling. La première Coupe d’Angleterre regroupa donc quinze équipes, et seulement douze à y prirent réellement part, trois ayant renoncé au dernier moment (Harrow Chequers, Reigate Priory et les écossais du Donnington School). Sur la ligne de départ, on retrouvait ainsi Crystal Palace, Barnes, Civil Service, Clapham Rovers, Hampstead Heathens, Hitchin, Maidenhead, Marlow, Royal Engineers, Upton Park, Shropshire Wanderers et le Queen’s Park Glasgow. Ce dernier avait bien du mérite, puisque la livre sterling d’inscription représentait quand même un sixième du budget du club. Plus discret à l’époque, la présence de Maidenhead et Marlow est tout aussi remarquable, puisque ces deux clubs n’ont depuis jamais manqué une édition de la la Cup (et n’ont, il est vrai, que rarement dépassé le premier tour).

Du fait de la distance séparant les capitales anglaise et écossaise, Queen’s Park fut exempté des tours préliminaires et ne descendit à Londres que pour la demi-finale. Il leur fut également alloué qu’en cas de victoire la finale se jouerait le lendemain. L’équipe ne pouvait se permettre de rester plus longtemps à Londres. Malheureusement, la demi-finale, jouée contre les Wanderers, se termina par un score nul et vierge. Queen’s Park, dans l’impossibilité de rester plus longtemps à Londres libéra aux Wanderers le chemin de la finale. Leur adversaire, les Royal Engineers, s’étaient qualifiés grâce à une victoire assez nette sur Crystal Palace (3-0).

La finale se joua au Kennington Oval, dans la banlieue de Londres, devant quelques 2.000 spectateurs. A cette époque, knickers et en grosses chaussettes de laine faisaient partie de la tenue du footballeur, tout comme la casquette vissée sur la tête. Les règles du jeu voulaient qu’à l’époque, les deux équipes changent de camp à chaque but inscrit. Aucune ligne médiane, ni surface de réparation n’était tracée sur le terrain. Les buts étaient composés de deux poteaux, avec deux rubans solidement tendus en guise de barre transversale (et il n’y avait bien sûr pas de filets). Enfin, lorsque le ballon sortait des limites du terrain, la remise en jeu était effectuée par... le premier joueur qui avait été chercher le ballon.

Les Royal Engineers, équipe de l’Armée Britannique, étaient les favoris de cette finale, mais ils jouèrent rapidement de malchance. Après seulement dix minutes de jeu, le lieutenant Creswell dût sortir du terrain, la clavicule brisée. Ce qui donne une idée de l’engagement physique qui prédominait sur le jeu de l’époque. En supériorité numérique, les Wanderers, dont le capitaine n’était autre que Charles Alcock himself, remportèrent la rencontre sur la plus faible des marges (1-0). Le but était inscrit par le dénommé Morton Peto Betts, qui exploita une passe du révérend Vidal, connu sous le surnom de "Prince des dribbleurs". Ce dernier était une véritable vedette de l’époque. On raconte notamment que lors d’un autre match, il avait inscrit trois buts consécutifs, prenant le ballon à l’engagement et s’en allant marquer sans qu’aucun adversaire ne touche le ballon. Le trophée, acheté quinze livres à une maison du nom de Martin, Hall et Compagnie, fut donc remis par Charles Alcock, Secrétaire Général de la FA à... Charles Alcock, capitaine des Wanderers.

Selon le règlement de l’époque, les Wanderers était automatiquement qualifiées pour la finale de l’édition suivante. Ils obtenaient même le privilège de choisir le terrain sur lequel devait se dérouler cette finale. Cette première édition, marquée par de nombreux forfaits et des rencontres inachevées, ne restera pas comme un grand succès sportif. Parmi tous ces petits ratés, le moindre ne fut pas de voir le trophée remporté par une équipe qui n’avait gagné ni son quart, ni sa demi-finale. Mais il en faut plus pour décourager la FA, qui quelques mois plus tard, décida de lancer la deuxième édition.

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain