archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

The Boxing day Massacre
The Boxing day Massacre
Islero - Article publié le samedi 29 octobre 2005
De tous les derbies qui ont opposé Wednesday à United, celui du 26 décembre 1979 a gardé une place à part dans l’histoire du foot à Sheffield. Devant 49.309 spectateurs, record d’affluence pour un match de troisième division, ce fut un véritable après-midi de rêve pour les Owls, et par la même occasion, un cauchemar pour les Blades.

Pour une fois les deux clubs de Sheffield étaient dans la première partie du tableau en cette année 1979-80. Certes, ce n’était qu’en D3, mais les supporters des deux camps étaient confiants pour la montée en mai. Le calendrier avait programmé le derby le 26 décembre. United se déplaçait chez ses voisins en leader, quant aux joueurs en bleu et blanc, ils étaient cinquièmes. En rentrant sur la pelouse de Hillsborough, les deux équipes ne savaient pas qu’elles allaient jouer quatre-vingt-dix minutes dont on parle encore de nos jours à Sheffield, avec délectation du coté de Wednesday, avec horreur du coté de United. Ce match sera surnommé le ‘Boxing Day Massacre’. On en vend même des videos sur e-bay plus de 25 ans après !

Les deux équipes avaient une façon de jouer assez opposée, au jeu posé et finalement assez défensif de United s’opposait le jeu débridé et offensif de Wednesday. Le match, bloqué au début par les Blades qui venaient visiblement chercher le point du nul, va se débloquer à la suite d’un mauvais renvoi de la défense qui va permettre à Ian Mellor d’ouvrir le score. C’est ensuite que le massacre commencera. Miraculeusement United ne va prendre qu’un but pendant les quarante-cinq premières minutes, malgré les efforts d’un Terry Curran particulièrement en forme. Drôle de cas que cet ailier qui jouait à Southampton l’année précedente et qui n’avait pas hésité à descendre de deux divisions pour signer pour Wednesday. Si les qualités techniques de Curran étaient reconnues, force est de constater qu’il n’était pas un joueur très constant. Malheureusement pour United, il était en feu ce 26 décembre et il tortura deux arrières latéraux pendant tout le match (Speight, puis son remplaçant Cutbush).

La seconde période fut du même accabit, Wednesday dominant de la tête et des épaules, mais cette fois les buts se succédèrent rapidement, Curran en marqua un, fit une passe décisive pour Jeff King et provoqua le penalty transformé par Mark Smith en fin de match. Résultat final 4-0, une véritable humiliation pour Sheffield United dont c’était la plus grosse défaite de l’histoire dans le derby. Et cela devant près de cinquante mille personnes...très embarassant en effet ! Terry Curran marquera également lors du 1-1 à Bramall Lane au retour et n’aura plus jamais à payer de bières dans un pub où il y aura des supporters de Wednesday.

Pour les deux clubs, ce match aura un effet opposé, United terminera douzième cette année-là, puis sera relégué l’année suivante en D4. Il galèrera avant de remonter le courant vers la fin des années 80. Alors que Wednesday montera en finissant troisième du championnat, jouera les terreurs en D2 pendant quelques années avant de monter en D1 en 1984 pour y faire quelques places d’honneur. Il remportera la League Cup en 1990 et réussira le ‘faux doublé’ de perdre en finale des deux coupes nationales en 1993 contre Arsenal.

Le derby suivant aura lieu en 1991 et United l’emportera 2-0. Mais rien ne pourra jamais effacer dans la mémoire collective des habitants de Sheffield ce Boxing Day Massacre’.

  •   Sheffield Wednesday : Bolder ; Blackhall, Williamson, Smith, Pickering, Hornsby, King, Johnson, McCulloch, Mellor, Curran.
  •   Sheffield United : Richardson ; Speight (Cutbush), Tibbott, Kenworthy, MacPhail, Matthews, de Goey, Bourne, Butlin, Garner, Sabella.

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain