archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Death penalty à Bramall Lane
Death penalty à Bramall Lane
Islero - Article publié le mardi 25 octobre 2005
Le 2 mai 1981, Sheffield United n’a plus que quatre-vingt-dix minutes pour éviter la relégation en quatrième Division. Un match nul à domicile, contre un Walsall guère mieux portant, devrait lui suffire. D’autant que les Blades obtiennent un penalty en fin de rencontre. Témoignage.

La saison 1980-81 s’annonçait bien pour Sheffield United. Quelques joueurs expérimentés s’étaient joints à un effectif qui avait terminé en milieu de tableau en D3 l’année précédente et l’objectif était fixé : les trois premières places, synonymes de montée. Normal pour un ‘grand club’ qui se jugeait peu à sa place dans cette division. Les Blades commencèrent bien leur saison d’ailleurs, en devenant les premiers leaders du championnat, les buts de Bob Hatton s’enchaînaient, Tony Kenworthy, le capitaine, menait les opérations au milieu avec le champion du monde Martin Peters et pourtant...

Fast forward jusqu’au fatidique 2 mai. Après une longue accumulation de résultats plus que moyens, le grand favori du début de saison se retrouvait dans la zone rouge et comme par hasard, le dernier match du calendrier opposait le vingtième, Sheffield United, au vingt-et-unième, Walsall. Dans une ambiance plutôt crispée à Bramall Lane (j’y étais !), les enjeux étaient simples : le perdant descendait en D4. Sheffield pouvant se satisfaire du match nul.

Début du match hyper tendu entre les deux équipes, un grand classique du genre entre une formation qui pouvait se contenter d’un nul et une autre qui ne voulait pas trop attaquer. Cependant, tôt en seconde période, c’est Walsall qui ouvrait le score : Alan Buckley servait Don Penn qui marquait. Là aussi un grand classique entre deux des meilleurs attaquants de la D3, Buckley était régulièrement convoité par des clubs de D1. La dernière demi-heure se déroula en un assaut désordonné de Sheffield United contre la défense des Saddlers jusqu’à la 87ème et une faute sur Steve Neville, le remplaçant des Blades. A partir de ce moment, les forces maléfiques vont prendre le dessus sur les joueurs aux maillots rayés rouge et blanc...

Je me rappelle vingt-cinq ans après comme si c’était hier que Tony Kenworthy, le capitaine et tireur attitré de penalty du club, va se dégonfler totalement à l’idée de ce tir décisif. Il va alors chercher des "volontaires"... Neville, le second tireur de penalty du club, va feindre une blessure et s’écrouler sur le gazon quand le regard de son capitaine se posera sur lui. Bob Hatton, dix-huit buts cette saison, va devenir subitement sourd et tourner le dos à tout le monde en se dirigeant près du poteau de corner. John MacPhail, le jeune ‘Rambo’ de l’équipe, va lui ostensiblement reculer pour s’éloigner de l’action jusqu’à sa propre surface de réparation pour pouvoir discuter un peu avec son gardien. Quant aux autres joueurs, ils semblaient fascinés par la couleur du ciel de ce samedi de mai ou bien avaient tous des gros problèmes de lacets.

Après deux bonnes minutes d’hésitation, Tony Kenworthy va prendre ses responsabilités, c’est-à-dire mettre le ballon de force dans les mains du pauvre Don Givens. Prétexte invoqué, il le dira plus tard : Givens est international Irlandais, il a beaucoup d’expérience et à joué pour de grands clubs. Ce n’est pas un petit penalty de D3 qui va lui faire peur [1]. Le problème est que Givens ne veut pas plus que les dix autres tirer ce penalty, et que celui-ci ne se présente pas trop favorablement.

Deux minutes encore plus tard, ce qu’il a fallu pour convaincre un Givens en panique, l’Irlandais tire enfin le penalty. Ron Green, le gardien de Walsall n’a même pas eu à plonger pour arrêter le tir de l’attaquant, il l’a stoppé debout tellement il était frappé faiblement. Aucun des joueurs de Sheffield n’aurait pu marquer ce penalty d’ailleurs tellement l’ambiance était irréelle.

A la fin du match, Sheffield United sera relégué en D4 pour la première fois de sa longue histoire et rejoindra Man City dans le douteux privilège d’avoir été relégué avec une différence de buts favorable. Givens ne jouera pas d’autre match pour les Blades et Kenworthy claquera ses neuf penalties l’année suivante... sans trembler  !

[1] International Irlandais (56 sélections, 19 buts), Givens a joué à Manchester United, puis aux Queen’s Park Rangers et à Birmingham City. Il est aujourd’hui sélectionneur des Espoirs Irlandais.


-  Les ’héros’ du jour à Sheffield United : Conroy ; Casey, Garner, Kenworthy, MacPhail, Trusson (Neville), Matthews, Givens, Hatton, Ryan.
-  L’équipe de Walsall : Green ; Macken, Mower, Serella, Baines, Hart (Horne), Paul, S.Waddington, Penn, Buckley, Caswell.

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves
Supersub strikes again !
Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain