archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Veni Vidi Vici
Veni Vidi Vici
Richard N. + K.Kick - Article publié le samedi 21 mai 2005
Le 30 mai 1984, comme sept ans plus tôt, Liverpool est venu à Rome. Il a vu et il a vaincu. L’AS Roma a beau jouer à domicile, elle n’a pu empêcher les Reds de conquérir leur quatrième coupe aux grandes oreilles. Bruce Grobbelaar en rit encore.

Les joueurs changent, tout comme l’entraîneur, mais Liverpool reste Liverpool. Joe Fagan a repris le témoin de Bob Paisley et compte bien laisser le club sur les hauteurs du foot européen. Les Reds ont désormais leurs habitudes en Coupe des Clubs Champions, à laquelle ils participent pour la... huitième saison consécutive. Cette édition 1983-84 est d’autant plus appétissante que la finale doit se dérouler à Rome, dans ce stade où le club conquit ses premiers lauriers en 1977.

Après avoir éliminé, sans trop de frayeurs, les Danois d’Odense au premier tour, les Reds vont de nouveau démontrer à l’Europe entière qu’ils sont les rois. Lorsque l’Athletic Bilbao vient obtenir le nul (0-0) à Anfield, on pense que les Basques ont réussi le plus dur. Mais au retour, dans la citadelle imprenable de San Mamès, les Reds s’imposent (1-0). En quarts de finale à Lisbonne, les Reds dynamitent (1-4) le Benfica local qui ne s’en remettra jamais vraiment. En demi-finale, Liverpool bute sur le rugueux Dinamo Bucarest (seulement 1-0 à Anfield), mais s’en va gagner (2-1) dans l’ambiance toujours particulière des Pays de l’Est.

En récapitulant, on s’aperçoit que Liverpool a durant son parcours remporté tous ses matches à l’extérieur. Et cela tombe plutôt bien, puisque le 30 mai 1984, l’adversaire des Reds joue à domicile. L’AS Roma accueille en effet cette finale dans son stade Olympique. Mais elle comprendra vite que contre les Reds, le terme "jouer à domicile" n’a aucun sens : Les tribunes contiennent plus de supporteurs de Liverpool que de Rome.

Comme souvent, on s’attend à un grand match, et comme souvent, on est déçu. Certes, Phil Neal ouvre le score après un quart d’heure de jeu suite à une action confuse dans la surface romaine. Certes, l’Italien Pruzzo égalise juste avant la mi-temps, mettant à coup sûr fin à une série de six 1-0 consécutifs en finale de C1. Mais le match, est assez pauvre techniquement, les contacts sont rudes et l’on sort l’habituel refrain des saisons trop longues.

Le 1-1 s’éternise jusqu’aux prolongations, où rien n’est marqué, où le Brésilien Cerezo doit sortir victime de crampes et où Kenny Dalglish, épuisé lui aussi, cède sa place à Robinson. Pour la première fois, la finale de la Coupe des Clubs Champions va se disputer aux tirs aux buts. Les calendriers ultra-serrés font que désormais on applique cet exercice plutôt que de faire rejouer la finale [1].

Ca commence mal pour Liverpool : Steve Nicol tire à coté. Le romain Di Bartholomei ouvre le compteur, imité par Phil Neal. Lorsqu’arrive le tour de Bruno Conti, Bruce Grobbelaar, le gardien de Liverpool, se moque de l’extrême tension qui règne dans le stade. Il fait le pitre sur sa ligne. L’international italien, déconcentré, envoie son tir au dessus. L’équilibre est rétabli. Souness marque, Righetti aussi, ainsi que Ian Rush. Franco Graziani se prépare à tirer, mais Grobbelaar fait encore l’andouille sur sa ligne. Comme Conti, Graziani envoie son ballon dans les nuages. Il ne reste alors plus à Alan Kennedy qu’à finir le travail. Contre pied parfait, Liverpool est champion d’Europe. Veni, Vidi, Vici...

Bruce Grobbelaar est consacré héros de cette finale. Né à Durban, international zimbabwéen, le gardien des Reds a connu une carrière atypique. Il a débuté en 1979 à Crewe Alexandra, en quatrième division. On l’a vu passer au Canada dans la cage des Vancouver Whitecaps. Bob Paisley a fait appel à lui en mars 1981 pour remplacer Ray Clemence. Cette finale est le sommet de sa carrière où il semble s’être bien amusé. Tant mieux pour lui, parce que nous...

[1] Dix jours plus tard en effet débutait l’Euro 1984 en France. Toutefois, rien n’empéchait de faire rejouer cette finale puisqu’aucun joueur sur le terrain n’était concerné par ce tournoi...

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain