archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Clough vs K.K.
Clough vs K.K.
Richard N. - Article publié le mercredi 18 mai 2005
Le 28 mai 1980 à Madrid, Nottingham Forest démontre qu’il est bien un grand d’Europe en conservant la Coupe des Clubs Champions. Les hommes de Brian Clough ont battu (1-0) le Hambourg SV de Kevin Keegan. La Coupe aux grandes oreilles ne quitte plus l’Angleterre depuis quatre ans.

Hambourg-Nottingham, le 28 mai 1980 à Madrid, aurait pu être le duel entre les deux meilleurs joueurs anglais du moment. D’un coté Kevin Keegan, animateur d’attaque du club allemand. De l’autre, Trevor Francis, dépositaire du jeu de Forest. Seulement, ce dernier n’est pas présent à cette finale, cloué par une rupture du tendon d’Achille survenue en plein match de championnat trois semaines plus tôt. Brian Clough, le manager de Forest, est d’autant plus ennuyé qu’il ne peut pas non plus aligner Tony Woodcock, l’autre prodige du foot anglais. Et pour cause, celui-ci... n’est plus au club. Il a, en pleine saison, quitté l’Angleterre et rejoint le FC Cologne, pour une poignée de marks.

Les palabres d’ordre financiers auront d’ailleurs bien plombé la saison de Nottingham. Trevor Francis a profité de l’intersaison pour s’envoler de l’autre coté de l’Atlantique, histoire de monnayer sa gloire nouvelle au sein de la NASL. Il en est revenu certes un peu plus riche, mais blessé et épuisé, il ne fut opérationnel qu’à partir de décembre. Pendant ce temps, Forest réalisa un début de championnat calamiteux, et Brian Clough l’expliqua par une sentence cruelle : "Mes joueurs n’avancent plus sur le terrain. Sans doute leurs poches sont-elles trop lourdes...".

Largués en championnat (ils finiront à la cinquième place), les joueurs de Nottingham sont malgré tout présents en finale de la Coupe d’Europe. Une finale qu’ils doivent absolument remporter s’ils souhaitent participer à la prochaine édition (autres temps, autres mœurs...). Tenants du trophée, ils ne sont pas pour autant favoris. Face à eux, le Hambourg SV sort d’une demi-finale d’anthologie où il a explosé le Real Madrid (5-1). C’est aussi le club de Kevin Keegan, et surtout, le représentant d’un foot allemand qui pète la santé, qui a placé quatre clubs en demi-finale de la Coupe UEFA et dont l’équipe nationale se prépare à un championnat d’Europe qu’elle va, on ne le sait pas encore, remporter.

Ce 28 mai 1980, Kevin Keegan (faut-il vous rappeler qu’il a remporté la finale 1977 avec Liverpool ?) a la possibilité de devenir le tout premier joueur à remporter deux C1 avec deux clubs différents. Dans un stade Santiago-Barnabeu à moitié vide (ce qui fait quand même 60.000 spectateurs...), les Allemands de l’Ouest dominent le début de rencontre. Branko Zebec, le coach yougoslave de Hambourg, a pu aligner son équipe au complet, ou presque puisque Horst Hrubesch, à peine remis d’une entorse, est sur le banc. Les joueurs du HSV monopolisent le ballon au point d’obliger tous leurs adversaires à monter la garde devant la cage de Peter Shilton. Kevin Keegan est quand à lui l’objet d’une attention particulière et se retrouve souvent le nez dans le gazon. Brian Clough a toutefois évité de pratiquer sur K.K. un marquage individuel. Il connaît la chanson.

Pressés, dominés, bousculés, les joueurs de Nottingham se donnent parfois un peu d’air en se créant quelques occasions. Le latéral Viv Anderson remonte toute son aile droite pour placer un centre parfait que Gary Birtles, l’avant-centre, ne concrétise pas. A la 21ème minute, les rouges de Forest s’offrent une nouvelle excursion dans le camp allemand. Sur le coté gauche, aux abords de la surface, John Robertson combine un une-deux avec Birtles avant de frapper au but. Le ballon passe sous le nez des défenseurs de Hambourg et entre dans la cage de Kargus, au ras du poteau. Ce but inscrit contre le cours du jeu est une véritable injustice pour les joueurs de Hambourg. Ceux-ci dominent l’essentiel de la finale et se créent les plus belles occasions. Mais Peter Shilton est dans un grand soir, comme souvent. Autoritaire et concentré, il annihile toutes les occasions allemandes et permet à Forest de conserver son avantage à la mi-temps.

En seconde période, Hambourg a fait entrer Hrubesch pour accentuer sa domination et forcer la décision. Mais la défense de Forest est solide, compacte et bien organisée. Et lorsqu’elle est prise en défaut, il y a l’impeccable Peter Shilton, qui détourne notamment un tir puissant de Nogly qui prenait la direction de la lucarne. Et lorsque même Shilton est battu, c’est la chance qui sauve Forest, comme sur ce tir de Felix Magath qui s’écrase sur le poteau. Bref, on pourrait poursuivre ce match pendant des heures, il est écrit que Hambourg ne parviendra pas à égaliser. L’arbitre Monsieur Garrido siffle alors la fin du match. Nottingham s’impose 1-0.

Certes, Forest n’a pas vraiment maîtrisé son sujet, et doit en bonne partie sa victoire à la réussite. Mais la Coupe d’Europe est une épreuve si exigeante que l’on se saurait contester la légitimité de son vainqueur. Forest conserve donc la Coupe aux grandes oreilles et se hisse à l’égal du Benfica, de Milan, de l’Inter et de Liverpool, deux fois vainqueurs de la plus prestigieuses des épreuves de club.

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain