archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

And Smith must score...
And Smith must score...
Yann Rush - Article publié le jeudi 17 mars 2005
On continue de passer en revue les matchs qui seront diffusés à la soirée Foot Nostalgie de vendredi. On revient cette fois sur la finale, en deux actes, de la Cup 1983 entre les underdogs de Brighton et Manchester United. Seul le premier match, le plus intéressant, sera retransmis à la soirée.

La finale de la Cup 1983 fut un des rares moments de bonheur qu’aient connus les Red Devils pendant la décennie. Brighton and Hove Albion venait d’être relégué à l’orée de cette finale, mais avait le secret espoir de battre cette équipe de Manchester United, comme l’avait fait Southampton en 1976, bien qu’en deuxième division. Et Brighton fut loin d’être ridicule puisque l’équipe poussa les Diables Rouges au replay.

Manchester United fut mis en difficulté d’entrée par un but de Gordon Smith. Malheureusement pour Brighton, Frank Stapleton égalisa à la 55ème minute pour Manchester, avant que ceux-ci ne prennent l’avantage par Ray Wilkins à vingt minutes du coup de sifflet final. Mais Brighton refusa de leur laisser la victoire et égalisa en toute fin de match par Gary Stevens. La prolongation fut insipide... malgré un arrêt miraculeux de Bailey sur Smith à l’ultime minute.

Les deux équipes décidèrent de se rencontrer à nouveau le jeudi soir. Cette fois-ci de match il n’y eut point. La première mi-temps fut largement dominée par Manchester United. Il semblait alors évident que c’était la meilleure équipe sur le terrain. Deux buts en quatre minutes achevèrent cette brave équipe de Brighton, incapable de revenir par la suite. Le deuxième but fut inscrit par Whiteside, dix-huit ans, plus jeune buteur lors d’une finale de Cup. Il fut également cette saison-là le premier joueur à scorer dans une finale de Cup et de League Cup. Robson et Muhren rajoutèrent deux buts par la suite. Peu importe, le match s’était joué avant. Sir Matt Busby, 74 ans le jour du match, pouvait rayonner, son équipe venait d’égaler le record du plus grand écart de buts dans une finale de Cup.

Pour la suite, on laisse la parole au supporter numéro 1 de Brighton en France, Darren Tulett himself (interrogé par Foot Nostalgie) :

« Il y a plein de souvenirs (concernant cette finale) qui remontent à la surface, l’un concerne le joueur de Manchester United Ray Wilkins, qui était un super milieu de terrain (il a aussi joué en équipe d’Angleterre et au Mian AC) mais chez nous il était plus connu pour ses passes latérales ou vers l’arrière que pour son jeu vers l’avant, c’était la blague sur Ray Wilkins à l’époque. C’est pour ça que lorsque Wilkins reçoit le ballon à 45 mètres de nos buts en première mi-temps, on ne sent pas le danger, on se dit qu’il va se retourner et chercher un défenseur derrière lui, mais ce bougre s’avance et décoche un missile de 40 mètres complètement inattendu et il trompe notre gardien. Avec ce but il marque un des plus beaux buts de l’histoire de la Cup.

Pendant le match, on a fait un jeu égal avec Manchester dans une ambiance de folie. J’avais fait le déplacement à Wembley en train avec des milliers d’autres supporters, l’ambiance était extraordinaire car c’était la première fois que Brighton participait à une finale. En fin de match, le score est de 2-2, dans les arrêts de jeu de la dernière prolongation il y a ce moment crucial qui a hanté et hante encore tous les supporters de Brighton : notre attaquant bison de l’époque Michael Robinson remonte le terrain sur plus de 80 mètres, puis il arrive à 15 mètres du but de Gary Bailey (le gardien de Manchester United) et passe la balle à notre attaquant écossais Gordon Smith, et c’est là que le moment fatidique arrive, le commentateur de l’époque a prononcé une phrase devenue inoubliable pour tous les supporters de Brighton «  And Smith must score... », Smith est à 8 mètres du but, tu sens que Brighton va marquer et que l’arbitre va siffler la fin du match, et Smith qui « must score » ne marque pas, le gardien repousse le tir et tous nos espoirs disparaissent ... Quatre jours plus tard dans le Replay on perd 4-0. «  And Smith must score  » est d’ailleurs devenu le titre d’un fanzine des supporters de Brighton que tu peux acheter le jour du match. Vingt-deux ans plus tard personne n’a oublié cette phrase et ce moment de désespoir. »

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves
Supersub strikes again !
Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain