archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Three Lions (
Three Lions ("Football’s coming home...")
Richard N. - Article publié le mercredi 3 novembre 2004
"It’s coming home, it’s coming home, football’s coming home...". Cet air a pour titre "Three Lions", et c’est l’une des plus belles réussites récentes en matière de chanson foot. Un petit historique entre foot et musique pop s’impose. Une façon, bien modeste certes, de rendre hommage à John Peel, fameux DJ de Radio One qui est mort le 25 octobre dernier.

Marier le foot et la chanson n’est pas encore, chez nous autres irréductibles Gaulois, un exercice très bien vu. Pour un Mickey 3D, combien de Johnny Hallyday, de Carlos et de Dalida avons-nous dû subir ? Par contre, à l’autre bout de l’Eurostar, l’exercice est pris très au sérieux. Des Kinks à feu Joe Strummer en passant par New Order ou Billy Bragg, la plupart de nos artistes et groupes favoris se sont fendus d’une petite composition en hommage à une équipe ou un joueur.

Mieux, tous les deux ans, lorsqu’approche une Coupe du Monde ou un Euro, une lutte fait rage dans les maisons de disques pour obtenir le label très courtisé de "Chanson Officielle de l’Equipe d’Angleterre". Aussi loin que remontent nos archives, c’est en 1966 que l’on retrouve la première Official Song. La World Cup, épreuve phare du football, se pose en Angleterre en plein cœur du Swinging London. La rencontre était donc inévitable. Lonnie Doneghan compose "World Cup Willie", première chanson de la Coupe du Monde reconnue par la FIFA. Un mois plus tard, Cliff Portwood monte un éphémère World Cup Winning Squad et fête le titre anglais avec "Up There England" [1]. En 1970, alors que le onze de Alf Ramsey s’en va au Mexique défendre son titre, Elton John prend le relais, avec un fameux "Back home" qui atteindra la première place des charts britanniques. Quelque années plus tard, le même Elton John deviendra président du Watford FC (et ce sera d’ailleurs le seul titre de gloire de ce club...).

En 1974 et 1978, l’Angleterre est absente de la Coupe du Monde. Mais l’Ecosse y est, et cherche à le faire entendre. Après "Easy Easy" et "Scotland Scotland Scotland" entonnés avec force en Allemagne, la Tartan Army reçoit en Argentine le prestigieux renfort d’un ancien jeune footballeur prometteur du Brantford FC, Rod Stewart. Et tous ensemble reprennent "Ole Ola". L’Angleterre est de retour dans le gotha mondial en 1982, et comme l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, ce sont les joueurs eux-même qui enregistrent "This Time", un disque de standards. Glenn Hoddle entonne "We are the Champions", Viv Anderson et Trevor Francis se lancent le mythique "You’ll never walk alone" et Justin Fashanu chante "Do It Cos You Like It". Du coté de l’Ecosse, également présente en Espagne, on préfère "We Have A Dream". En 1986, c’est le très puriste label 4AD qui hérite de la Chanson Officielle de l’équipe d’Angleterre pour le Mundial Mexicain, avec le groupe électronique Colourbox. La chanson s’appelle tout bêtement "World Cup Theme". Le titre de la chanson des écossais est plus rigolo : "Big Trip to Mexico". En 1990, New Order enregistre "World in Motion" avec quelques joueurs de la sélection anglaise parmi lesquels John Barnes, Paul Gascoigne et Chris Waddle. Le single occupera un long moment la tête des charts [2]. L’Ecosse toujours présente (et toujours pas fichue de franchir le premier tour...) a pour hymne "Say It With Pride".

Et nous voici en 1996. Le championnat d’Europe a lieu en Angleterre et la chanson officielle de l’épreuve est confiée à Simply Red qui enregistre le maussade "We’re in this together". Au même moment, la Fédération Anglaise contacte Ian Broudie pour créer l’Hymne Officiel du National Team Anglais. Broudie, c’est celui qui a créé le son de Echo & the Bunnymen, celui qui a fouetté la carrière de groupes tels que Wall Of Voodoo, The Pale Fountains, The Fall et Noir Désir ("Veuillez rendre l’âme", en 1988). C’est également l’homme qui se cache derrière le nom de Lighting Seeds, qui commit en 1990 un incomparable bijou pop, "Pure". Dans un premier temps, Broudie refuse la proposition de la FA. Mais il se ravise en demandant que les paroles soient écrites par Frank Skinner et David Baddiel. Ainsi naît "Three Lions", qui grimpe à la première place des charts sitôt sa sortie. Le morceau est une véritable réussite. Il est repris en choeur par le public anglais durant tout le tournoi et l’accompagne deux ans plus tard pour la Coupe du Monde en France. La National Team ne remporte aucune des deux épreuves, mais détient désormais son "You’ll never walk alone".

Toutes les tentatives qui succéderons à "Three Lions" seront vaines. "We’re On The Ball" de Ant & Dec accompagne Beckham and Co au Japon, au grand dam de New Order qui aurait bien aimé refourguer son "World In Motion" de 1990 en version réactualisée. Au grand dam également de Paul Weller, l’ex-Jam, qui avait enregistré "Going Underground" ou Martin Bell & Johnny Spurling avec "Sven’s Song". De son coté, Norman Cook, alias Fatboy Slim, dont la tournée au Japon coïncide avec les matches du onze anglais, il n’a pas hésité à vendre ses prestations sous le terme de "DJ officiel de l’équipe d’Angleterre".

Ultime faute de goût en 2004, la Fédération anglaise confie la chanson des Rooney and Co a un boy’s band sans envergure, Blazin’ Squad. La déception est telle parmi les fans anglais que la radio XFM a aussitôt lancé un concours intitulé "Song for Europe" avec pour principe de demander à ses auditeurs d’écrire une chanson sur l’Euro 2004. Celle qui sera jugée la meilleure sera enregistrée par les groupes rock du moment (Supergrass, Libertines, Delays, etc.).

Au même moment, "Three Lions" sera repris avec plus d’opportunisme que de talent par Hermes House Band, ce même combo qui avait inondé le triomphe français de 1998 avant son agaçant remix de "I will survive". En musique comme ailleurs, méfiez-vous des contrefaçons !

[1] On notera, pour l’anecdote, qu’en face B du single "Up There England", le groupe reprend "You’ll Never Walk Alone".

[2] On aurait pu suggérer à New Order de replacer leur tube " Touched by the Hand of God ", en hommage à Diego Maradona. Mais outre-Manche, monsieur, on ne rigole pas avec ces choses-là...

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain