archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Die before I get old...
Die before I get old...
Yann Rush - Article publié le mardi 7 septembre 2004
L’église St Francis de Dudley, dans les Midlands possède un vitrail, hommage unique à la carrière d’un joueur remarquable. Peu de footballeurs ont été commémorés de cette façon, mais Duncan Edwards n’était pas un footballeur ordinaire.

Big Duncan n’avait que 21 ans quand il est décédé, victime de ce terrible accident d’avion de Munich, le 6 février 1958. Ce vitrail est d’autant plus touchant qu’il a été payé en majeure partie par un fan de foot. Qui était ce joueur, dont la mort continue de hanter nos souvenirs, 46 ans après ?

Ceux qui l’ont vu jouer, et ils sont relativement peu nombreux, parlent d’un colosse comme on en voit qu’une fois par génération. Ils n’ont jamais oublié. Tommy Docherty, ancien manager de Manchester United disait de lui : « Vous pouvez oublier tous vos Best, Pelé ou Maradona, Duncan était le plus grand ! » Bobby Charlton, ex-coéquipier de Duncan et survivant de la catastrophe ajoutait : « Si je devais jouer pour ma vie et, pour cela, n’être accompagné que d’un seul coéquipier, ce serait Duncan Edwards ! » tout en mentionnant que Duncan Edwards était le seul joueur qui le faisait se « sentir inférieur. » Pour Sir Matt Busby, il était simplement « le meilleur joueur au monde »

Bien qu’ayant joué moins de 5 saisons complètes à Manchester, il a laissé une telle impression que même le temps est incapable d’effacer.

Edwards est né à Dudley, Worcestershire, le 1 er Octobre 1936. L’ayant vu évoluer au milieu de ces camarades, un professeur d’école écrit à un ami : « Je viens de voir un joueur de 11 ans qui portera un jour le maillot de l’Angleterre. » Il narre également que Duncan « disait aux 21 autres joueurs comment se placer sur le terrain, et ça incluait les arbitres ! »

Il rejoint Manchester United le jour de ses 15 ans. Bert Whalley, alors coach de Manchester United, n’avait pas hésité à rouler toute la nuit pour pouvoir le signer au premières heures de son 15 ème anniversaire, âge qui lui permettait légalement de passer professionnel.

Il fait ses débuts pro contre Cardiff City, en avril 1953. Bien que milieu gauche de formation, il pouvait évoluer à d’autres postes. Il fit même quelques piges en tant qu’avant centre. A 18 ans et 183 jours, il devient le plus jeune international Anglais, record qui sera battu seulement en 1998 par Michael Owen.

En 1955-56, Big Duncan remporte le premier de ses deux titres de champion consécutif. Qualifiés pour la Coupe d’Europe, les "Busby Babes" [1] allaient de suite faire forte impression, étrillant Anderlecht 12-0 (sur les deux matchs) avant d’éliminer le Borussia Dortmund et l’Atletic Bilbao. Leur joli parcours s’arrête en demi-finale contre les futurs vainqueurs, le Real Madrid. Cette même saison, ils remportent facilement leur deuxième titre « in a row », avec 11 points d’avance sur le deuxième. Malgré un échec en finale de la Cup, les Busby Babes sont fin prêts pour briller à nouveau sur la scène européenne. Ils atteignent aisément les quarts de finale. Après avoir battu les Shamrock Rovers et le Dukla Prague, le tirage au sort leur offre l’Etoile Rouge de Belgrade. Ils remportent le match aller 2-1 et se qualifient au match retour grâce à un joli match nul à Belgrade, 3 buts partout. Comme l’année passée, les coéquipiers d’Edwards atteignent les demi-finales. Le Milan AC sera leur prochain adversaire. Mais de match, il n’y eut point. Ce 3-3 allait s’avérer être le dernier match d’Edwards, le lendemain...

Ce jour là, l’avion qui ramenait les joueurs victorieux sur leur île avait dû s’arrêter à Munich pour faire le plein d’essence. Le sol était enneigé. Lors de la troisième tentative de décollage, l’avion heurtait une clôture et allait s’écraser 200 mètres plus loin.

Ce jour là, le 6 février 1958, une équipe est morte.

21 personnes furent retrouvées mortes, parmi lesquelles 7 Busby Babes. Matt Busby, lui, allait survivre. Pendant que des enfants recouvraient leurs murs de posters à la gloire de ces héros déchus, les adultes priaient pour les blessés. Parmi eux, Duncan Edwards allait mourir de ces terribles blessures quinze jours plus tard.

En 1968, Matt Busby, lui qui n’avait cessé de repenser à cette tragédie, réalisait enfin son rêve : remporter cette Coupe d’Europe.

46 ans après, il nous reste de Duncan Edwards ... des souvenirs, avant tout. Des souvenirs d’un joueur dont on ne saura jamais tout ce qu’il aurait pu réaliser. Il aurait eu 29 ans en 1966...

[1] les "enfants de Busby", surnom donné à la jeune équipe coachée par Matt Busby

History

The rise and fall of West Ham
Ten years after
Die before I get old...
Three Lions ("Football’s coming home...")
Et ça dure depuis un siècle...
Mouettes et sardines, dix ans déjà...
Arsenal-MU, victoire de Sunderland
God Save Brooking
And Smith must score...
Merseyside derby at Wembley
La fête gâchée de Paul Gascoigne
Soixante-sept, année Celtic
M.U aux larmes
Onze garçons dans le vent
Kenny king of Wembley
A Forest
Clough vs K.K.
Paisley Parc
Viva Villa
Veni Vidi Vici
Le miracle de Barcelone
Dick, Kerr ladies soccer team
Forever Blowing Bubbles
And David Seaman won’t be very happy about that
Porazka à Wembley
Death penalty à Bramall Lane
The Boxing day Massacre
Don’t cry for me
Les fantômes de Cathkin Park
This is not a love song
Happy when it rains
Blue sunshine
Wanderers, pour l’Histoire
Du parmesan sous la poudre
La revanche de Mark Hugues
Je t’aime moi non plus
Les années W.W.
Le but de la centième minute
Touched by the hand of God
Only losers take the bus
I’m only the piano player
Les Invincibles de Preston
Naissance d’un Beatle
Tango, whisky & Sco
Canto or not Canto ?
No more heroes
Stanley Cup
Peace in the Valley
Symphonie magyare dans un jardin anglais
La Cup à Canto
It must have been love
Red is Dead
Shame on the Tweed
La revanche des bannis
Sweet Six Weeks
Supercaley go ballistic
Floodlight Wolves

Wembley, le temple du souvenir
Summers in the City
To Wish Impossible Things
Thick as Thieves
Ram Power
Everybody Wants To Be A Cat
In The Army Now
The Big Sky
Coffee and Tea
The Great Scottish Invasion
Un printemps à Paris
Frankie goes to Hollywood
From Dusk Till Dawn
Germans always win ?
True Blue
Always the sun
Green night in Spain