archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Who Ate All The Pies ?
Who Ate All The Pies ?
Rian Gyggs - Article publié le samedi 19 mai 2007
William Henry Foulke a marqué de son empreinte le foot british des premières années du vingtième siècle. Le massif gardien de but de Sheffield, puis de Chelsea et Bradford, brillait par son talent mais aussi par son embonpoint. Histoire d’un bon vivant.

William Henry Foulke est un de ces nombreux gaillards de l’Angleterre de la fin du XIXème siècle s’adonnant aux joies du football. Il évolue dans le club très modeste de Blackwell. Foulke est gardien, et s’illustre brillamment lors d’un match de Coupe à Ilkestown Town. Il tape dans l’œil de Sheffield United qui le recrute pour garder les buts du club en première division.

Foulke débute dans l’élite en 1894. Très vite, on dit de ce gardien plutôt physique (1m88 pour 80 kg) qu’il est agile comme un chat. Plus les matchs passent, plus il est décisif. Ses exploits sur tous les terrains du royaume ne passent pas inaperçus : il gagne ainsi une première (mais unique) sélection nationale contre le Pays de Galles, en 1897. Foulke est sur un nuage, puisqu’en parallèle il joue également à très haut niveau au cricket. Il fête ses succès à table et commence à prendre de l’embonpoint, tant et si bien que lors d’un match de Championnat, il casse la barre transversale de son but. L’intéressé s’ennuyait dans ses buts et s’amusait à se pendre avec les bras... Foulke pèse alors plus de 100 kilos et gagne le surnom de « Fatty Foulkes ». Mais qu’importe, puisque l’année suivante, il participe avec Sheffield United à la conquête du premier titre de champion.

En 1899, Sheffield joue sa première finale de FA Cup à Crystal Palace, contre Derby County. Victoire 4 buts à 1. Deux ans plus tard, le club se retrouve à nouveau en finale, toujours à Crystal Palace, mais cette fois contre Tottenham. Match serré, 2-2. Replay et défaite 3-1. Qu’à cela ne tienne, dès 1902, Sheffield se donne une nouvelle chance de récupérer son titre. Les coéquipiers de Foulke ouvrent le score assez tôt et dominent Southampton le reste de la partie. A deux minutes de la fin, le capitaine des Saints, resté dans le terrain adverse pour refaire ses lacets, reçoit malencontreusement le ballon dans les pieds. Le joueur, hors-jeu d’une bonne dizaine de mètres, marque quand même le but... qui après moultes concertations entre les arbitres, est accordé. Ils argueront que le ballon a du toucher un défenseur de United. Ce n’est pas du goût de Foulke qui va dire deux mots aux officiels à la fin du match. Il sort nu de son vestiaire et poursuit l’arbitre qui va se réfugier dans un placard. Il faut plusieurs personnes pour maîtriser le quintal enragé et l’empêcher d’arracher la porte du dit placard. Sheffield l’emporte deux buts à un lors du replay, grâce à un Foulke au sommet de son art.

Foulke est ensuite transféré à Chelsea pour 50£. S’il n’y reste qu’une saison, il marque tout de même la mémoire de l’Ouest londonien. Officiellement créé en 1905, le club en est à ses balbutiements et ce premier transfert représente beaucoup pour les Pensioners et leurs supporters : premier gardien de l’histoire du club, premier capitaine aussi, et première star bien sûr.

Il file ensuite à Bradford City, jusqu’à la fin de sa carrière en 1905. On rapporte qu’il ne pesait alors pas loin de 150 kilos, un record pour un joueur de football professionnel. Tout au long de sa carrière, Fatty Foulkes a brillé sur les terrains, remporté des trophées, mangé comme un chancre et piccolé jusqu’à plus soif : une attitude qu’on retrouvera chez de nombreux footballeurs tout au long du XXème siècle, de Gascoigne à Adams en passant par Merson, pour ne citer que les plus récents. Peu seront tout de même allés aussi loin dans l’excès, que ce soit au niveau de son poids record, ou de sa mort précoce, en 1916. Il s’éteint à l’âge de 42 ans, d’une cirrhose du foie. [1]

Quant à la mémoire populaire, loin de l’avoir oublié, elle continue à faire honneur à Foulke. En effet, le gardien gigantesque serait à l’origine d’une chanson très en vogue chez les supporters de tous les terrains : Who Ate All The Pies ? (Qui a mangé toutes les tartes ?). Ce chant est entonné à l’encontre de tout footballeur un peu enrobé :

Who ate all the pies ?
Who ate all the pies ?
You fat bastard,
You fat bastard,
You ate all the pies !

En 1992, lors d’un match contre Grimsby Town, Micky Quinn, avant-centre bien en chair de Newcastle, reçoit de la part d’un fan déçu une tarte en pleine poire. Quinn s’empare de la pie et la dévore. Le stade applaudit. Quinn entendra alors ce chant pendant chacun de ses matchs et intitulera même son autobiographie (2003)... Who Ate All The Pies ? Foulke peut dormir tranquille, le règne des grassouillets n’est pas tout à fait terminé. L’histoire ne dit pas si Carrasso a tapissé sa chambre de posters de Fatty Foulkes.

[1] Beaucoup de fans de Chelsea, pour ne pas ternir la mémoire de leur premier héros, prétendent que sa mort serait due à une pneumonie attrappée sur les plages de Blackpool, en restant des heures à ramasser les sous des passants au jeu "beat the goalie".