archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Le King de Stamford Bridge
Le King de Stamford Bridge
Richard N - Article publié le vendredi 3 mars 2006
Peter Osgood, figure de proue du Chelsea début des seventies, est décédé le 1er mars. Si sa carrière internationale fut très épisodique, il n’en reste pas moins l’un des joueurs les plus chéris de Stamford Bridge, dont on dit d’ailleurs qu’il en fut le roi.

Il fut un temps où le Chelsea Football Club était un club sympa, qui ne brassait pas les roubles par millions, et dont les plus chaud supporters se tenaient encore tranquilles. Ce Chelsea dirigé par Dave Sexton n’avait sans doute pas la carrure pour devenir champion d’Angleterre, mais suffisamment de ressources pour remporter la finale de la FA Cup, en 1970, puis un an plus tard, la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupes. Ce Chelsea avait surtout au coeur de son attaque un buteur insatiable, Peter Osgood.

Celui-ci a passé l’essentiel de sa carrière pro à Stamford Bridge. Arrivé en 1964 chez les Blues, il y demeure jusqu’en 1974, inscrivant plus de cent-cinquante buts. La Coupe des Coupes remportée en 1971 est le haut fait de sa carrière. Après avoir éliminé le tenant du trophée Manchester City, Chelsea se rendait à Athènes pour y affronter le Real Madrid dans une ambiance surréaliste. La presse locale avait en effet encouragé le public grec à soutenir les Blues. Cela avait très fortement agacé l’orgueilleux Real, qui fit intervenir l’ambassadeur d’Espagne à Athènes afin que la presse hellène n’en rajoute pas. De son coté, Dave Sexton, le manager de Chelsea, avait joué la provoc en annonçant que son équipe l’emporterait 2-1, ajoutant ensuite : "Tout dépend d’Osgood. S’il est en forme, le Real n’a aucune chance". Osgood sera en effet en forme. Il ouvrira le score, mais le Real parviendra à égaliser dans les toutes dernières minutes. Comme rien n’est inscrit durant les prolongations, un replay s’impose. Et Chelsea l’emporte... 2-1, but de Dempsey et de l’inévitable Osgood.

Devenu une terreur des surfaces de réparation, Osgood se souvenait que sa carrière faillit tourner court en 1966. Une sale blessure au genou contractée suite à un choc avec Emlyn Hughes (alors à Blackpool) l’avait longtemps éloigné des terrains, à tel point qu’il manqua la finale de FA Cup 1967, perdue face à Tottenham Hotspur. Après des saisons de doute, il fut remis en selle par la confiance de Dave Sexton. Au cours de la saison 1969-70, il inscrivit un but à chaque tour de la FA Cup, jusqu’à la finale remportée à Old Trafford devant Leeds United. Cette saison en pleine bourre lui permit de connaitre sa première sélection dans le onze anglais de Alf Ramsey, puis de figurer dans le groupe des 22 pour la défense du titre au Mexique. Remplaçant de luxe, il fit deux apparitions durant le tournoi. Mais il ne fut par la suite rappelé qu’une seule fois. Trop inconstant pour le haut niveau, il n’aura connu que quatre sélections en équipe d’Angleterre.

En mars 1974, une brouille avec Dave Sexton l’oblige à quitter Stamford Bridge. Il rejoint Southampton, un club relégué en deuxième division. On l’imagine mal revenir au premier plan, mais les Saints remportent la Cup en 1976 au terme d’une finale mythique contre Manchester United. Après ce coup d’éclat, Ossie s’en va monnayer son talent aux Etats Unis, puis revient à Chelsea en 1978, pour une pige de deux ans où il ne parviendra pas à enrayer le déclin de son club de toujours.

A la suite de sa carrière, il ouvrira un pub à Windsor avec son ex-partenaire Ian Hutchinson. Une entreprise qui ne sera pas une grande réussite. Il se tournera alors vers le métier d’after-dinner-speaker, puis de consultant. Peu avare en critiques, ses relations avec Ken Bates, le président de Chelsea, seront tellement tendues qu’il devra attendre l’arrivée de Roman Abramovith pour être invité à Stamford Bridge.

Le 1er mars 2006, Peter Leslie Osgood, né le 20 février 1947 à Windsor, succombe à un malaise cardiaque alors qu’il assistait aux obsèques de son oncle. Lorsque le même jour, Joe Cole ouvrit le score pour l’Angleterre face à l’Uruguay, celui-ci ne manqua pas de rendre hommage au "King de Stamford Bridge".