archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Dennis I fought the Law
Dennis I fought the Law
Richard N. - Article publié le jeudi 2 décembre 2004
En décembre 1964, le Ballon d’Or du meilleur footballeur européen est remis, pour la première et seule fois de l’histoire, à un joueur écossais. Lorsqu’il reçoit son trophée, Denis Law est sous le coup d’une suspension. Comme par hasard.

Le Hall of Fame de Manchester United ne saurait se contenter de joueurs au comportement trop impeccable. Si Bobby Charlton brille pour son fair-play et sa retenue très british, les fans de son club ont toujours eu un faible pour les bad boys tels George Best ou Eric Cantona. L’Ecossais Denis Law fait également partie de cette catégorie.

Dans ses onze années passées à United, Denis Law a inscrit de nombreux buts et collectionné quelques déboires avec le corps arbitral. Malgré sa taille moyenne et une mauvaise vue (il portait des lunettes hors des terrains), il fut l’un de ses attaquants sachant mêler combativité et finesse technique, instinct de buteur et sale caractère. Hors du terrain, c’était pourtant un type adorable, bourré d’humour et surtout (contrairement à Bobby Charlton par exemple) disponible avec les fans. Sa popularité était aussi grande que son engagement sur le terrain.

Né le 24 février 1940 à Aberdeen, Denis Law est repéré par un certain Bill Shankly, alors entraîneur des équipes réserve de Huddersfield. Le jour de Noël 1956, lors d’une rencontre contre Notts County, l’écossais est à seize ans et dix mois le plus jeune joueur à débuter dans la première division anglaise. Law ne s’arrête pas là. Après avoir signé son premier contrat pro, il devient, lors d’un Pays de Galles-Ecosse, le plus jeune sélectionné dans l’équipe au Chardon depuis 1899.

En 1960, Law, convoité notamment par Arsenal et Chelsea, rejoint Manchester City. Un an plus tard, à la surprise générale, il signe au Torino, en Italie, pour une transaction record évaluée à 110.000 livres. Son cours passage en Italie est marqué par un accident de voiture en compagnie de Joe Backer, l’attaquant d’Arsenal venu lui rendre visite. Sur le terrain, pas grand chose : Law ne s’adapte pas au jeu italien. Il retourne en fin de saison à Manchester, non pas à City mais à United qui débourse 115.000 livres, nouveau record.

Le 18 août 1962, pour son premier match avec Manchester United, il inscrit un but face à West Bromwich Albion. Après un début de carrière mouvementé, Denis trouve son terrain d’expression à Old Trafford. La comparaison avec Eric Cantona ne s’arrête pas là. Il se forge également une réputation sulfureuse. En décembre 1963, il écope d’une suspension de vingt-huit jours pour brutalité envers un adversaire. Un an plus tard, il reçoit la même sanction après avoir insulté un arbitre. Entre temps, il est accusé d’avoir frappé un adversaire lors d’un Allemagne-Ecosse à Hanovre.

Dans un MU reconstruit par Matt Busby, Law se forge un palmarès. Il remporte la Cup en 1963, après avoir ouvert le score en finale (3-1 contre Leicester). Deux titres de champions d’Angleterre suivent en 1965 et 1967 aux cotés de Charlton et Best. En 1968, une opération à un genou le prive du triomphe européen de United à Wembley, le 29 mai 1968.

En 1973, Tommy Docherty, le nouvel entraîneur de United, décide de se séparer de lui. Après onze saisons, 399 matches et 236 buts, il retourne à Manchester City. Le hasard a voulu que les deux clubs mancuniens se retrouvent le 28 avril 1974 pour la dernière journée de championnat. Un match que United, grandeur et décadence, ne doit pas perdre sous peine de descendre en Deuxième Division. Le score est de 0-0 jusqu’à huit minutes de la fin lorsque Law parvient... à marquer. Au lieu de manifester sa joie, il se met à pleurer et quitte le terrain sans même attendre la fin du match. Celui-ci restera à 1-0 et condamnera United.

C’est sur cette "gaffe" terrible que Denis Law décide de mettre un terme à sa carrière. Il dispute encore trois matches avec la sélection écossaise au Mondial allemand, puis tourne la page. Il deviendra consultant TV, où son bagoût fera merveille.