archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

R.I.P. Brian Clough
R.I.P. Brian Clough
Yann Rush - Article publié le mardi 21 septembre 2004
Brian Clough est décédé lundi à l’age de 69 ans. Sans verser dans l’hommage posthume, on retrace ici les grandes lignes de la vie du légendaire entraîneur de Forest.

La seule fois où on a parlé de Clough sur ce site, c’était pour relater ses propos quasi-homophobes à l’encontre de Justin Fashanu. Le personnage est ainsi controversé. Son caractère l’a sans doute desservi mais il n’en reste pas moins un des plus grands managers anglais de l’histoire. Il reste avant tout célèbre pour avoir remporté deux fois de suite la Coupe des Champions en 1979 et 1980 avec son club de toujours, Nottingham Forest. Mais, qu’on apprécie ou non Brian Clough, force est de reconnaître qu’il savait motiver ses joueurs comme personne.

Il a régné 18 ans à Forest. Première chose à savoir à propos du Monsieur : Il n’a jamais tort. N’importe quel joueur en désaccord avec lui était immédiatement mis à l’écart. Il ne pouvait y avoir qu’une méthode, sa méthode. Il était considéré, par beaucoup comme un dictateur des terrains, à la différence près que sa tyrannie a rendu heureux des milliers de personnes. Ses 18 ans passés au club ont apporté à Forest 2 Coupes des Champions, une Supercoupe d’Europe, un Championnat et 4 Coupes de la Ligue.

Ces succès sont avant tous les siens. Même au moment des deux titres européens, Forest était, à l’exception du gardien Peter Shilton, tout sauf une équipe de stars. Sans doute son plus grand mérite est d’avoir rendu célèbre des joueurs tels Viv Anderson, Tony Woodcock, Martin O’Neill ou John Robertson, joueurs qui seraient restés quasi-anonymes sans le managérat unique de Clough. Il quitte Forest en Mai 1993. Son dernier match, qui les envoyait en Division 2, correspond au dernier match joué par Forest à City Ground.

Clough n’a jamais remporté la Cup mais son plus grand regret est de n’avoir jamais coaché la sélection, sa personnalité l’ayant sans doute desservi. « La FA, raconte Trevor Francis, n’aurait jamais pu supporter son comportement (...) mais c’est ce qui faisait son génie. »

Il est décédé à 69 ans, lundi, des suites d’un cancer.

L’homme était aussi connu pour ses citations que pour ses exploits en tant que manager, extraits :

"Je ne dirais pas que j’ai été le meilleur entraîneur, mais j’étais dans les meilleurs, c’est certain"

"S’il était Anglais ou Suédois, il entraînerait actuellement la sélection" à propos de Martin O’Neill.

"Marcher sur l’eau ? Je suis sur que la majorité des gens pensent qu’au lieu de la boire, j’aurais du en mettre plus dans mon verre, et ils ont absolument raison" à propos de ses problème d’alcool.

"On en parle pendant 20 minutes et on décide que j’ai raison" à propos d’un joueur en désaccord avec lui.

Enfin "Ne m’envoyez pas de fleurs quand je serais mort. Si vous m’aimez, envoyez-les tant que je suis encore en vie !"