archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

London 0, USA 4
London 0, USA 4
Richard N. - Article publié le mardi 30 octobre 2007
Une rencontre du championnat de foot US organisée à Wembley a donné des idées aux dirigeants des clubs de soccer londoniens. Et si l’on exportait la Premier League aux Etats Unis ?

Miami Dolphins contre New York Giants, c’était l’affiche du stade de Wembley le dimanche 28 octobre 2007. Un match de foot américain. Du vrai foot US : ovale, casqué et bourré d’anabolisants. Et pas un match amical : Un vrai match du championnat NFL, de saison régulière comme ils disent, qualificatif pour les play-off avec le Superbowl au bout. Pour la première fois de l’histoire de la Ligue, un match de la NFL est organisé hors du territoire américain, sur le continent européen. Une drôle d’idée qui n’a rien de saugrenu dans l’esprit mercantile des promoteurs américains. C’est depuis un mois le troisième évènement du genre qu’accueille la capitale britannique. Il y a eu une rencontre de hockey NHL (Los Angeles Kings vs Anaheim Ducks, 4-1) ainsi qu’une rencontre de basket NBA (Boston Celtics vs Minnesota Timberwolves, 92-81). L’intéret de ce type d’opération n’est bien sûr pas sportif. Il a surtout pour but de séduire d’éventuels fans au-delà des frontières américaines, afin de glaner plus de téléspectateurs et de vendre quelques gadgets supplémentaires.

Les organisateurs de l’évènement n’ont pas lésiné sur les moyens. Un joueur géant aux couleurs de Miami hante Trafalgar Square, les pom-pom girls paradent dans les rues et les stations de métro affichent des portraits des joueurs. Un tel déploiement fait évidemment rêver les dirigeants européens, et notamment les patrons de clubs de la Premier League. Déjà dans Londres circule l’idée d’organiser un match du championnat anglais outre Atlantique. Eggert Magnusson, le patron islandais de West Ham, a le premier émis l’idée auprès des média, immédiatement rejoint par un pur américain, Stan Kroenke, businessman candidat au rachat du club d’Arsenal.

Dans les bureaux de l’institution Premier League, l’idée a été accueillie par un haussement d’épaule. Pour l’instant. Mais n’en doutons pas : Liverpool-Tottenham dimanche prochain au Silverdome de Detroit, c’est une idée qui fera son chemin. D’autant plus effrayante qu’elle est tout à fait réalisable. On imagine déjà Arsène Wenger râler devant les problèmes générés, les déplacements, la récupération des joueurs, toutes ces jérémiades qu’il dénonce lorsqu’il voit ses joueurs partir en sélections. Mais lorsque la promotion du produit football est en jeu, on met ses revendications sous éteignoir et on positive : Une rencontre de Premier League en Amérique, c’est quand même autre chose qu’un match amical contre le Costa Rica en Martinique, non ?

Dans l’immédiat, on peut aisément imaginer qu’une rencontre type Community Shield puisse être organisée outre Atlantique. En été, la plupart des grands clubs britanniques sont aux USA pour préparer leur saison et le Shield, match unique, mi-amical mi-compétition, a le profil idéal pour ce genre d’expérience. D’ailleurs, des rencontres sur le même format se sont souvent bien exportées : la Super Coppa italienne a été disputée à Tripoli et la Super Coupe portugaise s’est déplacée à Paris. Très récemment, les dirigeants Français ont même songé à faire disputer leur Trophée des Champions... en Chine.

Une fois franchi le pas, plus rien ne pourra arrêter la marche en avant. L’Amérique accueillera un jour un vrai match de Premier League. Puis deux. Puis une journée entière, dix matches disputés un même week-end de l’autre coté de l’Océan. Et puis plusieurs journées, les six premières de la saison, par exemple. La Premier League aurait ainsi sa phase américaine de début de saison. L’idée faisant son chemin, d’autres phases pourraient être organisées dans d’autres pays. L’extrême Orient serait certainement ravi d’accueillir quelques journées, tout comme le Qatar ou la Russie. Il resterait bien sûr quelques matches disputées en vieille Angleterre, notamment lors des fêtes de fin d’année, histoire de respecter la tradition du Boxing Day et les fortes audiences qu’elle génère.

La Premier League deviendrait ainsi une sorte de championnat itinérant, quelque chose comme la Formule 1 et ses Grands Prix. Ou plutôt comme l’actuelle ATP, avec ses tournois disputés aux quatre coins du monde. Elle compterait une quarantaine de clubs, d’Angleterre et d’ailleurs. Car pour renforcer le prestige de l’épreuve, les clubs anglais auront invité le Celtic et les Rangers, mais aussi Barcelone et le Real, Milan et la Juventus, le Bayern, l’Ajax... La notion de championnat serait diluée dans cette multitude de tournois autonomes dont la valeur sportive s’effacerait devant l’intérêt commercial. Les matches n’auront d’autre but que de faire la promotion du beautiful game. L’important, ce ne sera plus les trois points, mais bien de participer. Coubertin avait tout compris. Plus d’exigence de résultats, des joueurs libérés, des entraineurs sans pression, des buts et du jeu, n’est-ce pas finalement ce dont on rêve depuis toujours ?

En attendant, à Wembley et devant 90.000 spectateurs, les New York Giants ont battu (13-10) les Miami Dolphins.

Telegraph

Strachanismes
Chelsea a le Blues
Leeds, grandeur et décadence
Les Underdogs de Bermondsey
L’Angleterre se fait plaisir
La défaite est en vous
L'Angleterre au stade de la lose
Cole for England !
Spanish Fever
Liverpool vs Manchester
Welcome to the Den
Faut-il vendre Manchester United ?
Les Abramoviques
C'est Byzance !
L’Angleterre vote pour l’Europe... au féminin
Génération Bolton
L’internarsenalisation en marche
L’angoisse du siège vide
Heart attack
Great Great Gretna
Le Old Firm est-il soluble dans la Premier League ?
Legends never die
Et maintenant, le monde...
Road to Wigan Pier
Jean-Vic Chapus / MON FOOT BRITISH A MOI
Chic la D2...
Vive le C.P.E. !
Sweet and tender football fan
Ellan Road / MON FOOT BRITISH A MOI
Tell me there’s a heaven
Xavier Rivoire / MON FOOT BRITISH A MOI
Wrong number
A prayer for England
L’Angleterre, championne du monde ?
Les Mondialistes du Royaume
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Rêvons encore un peu
Pourvu qu’il pleuve
This boring game
Eriksson le glas...
Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
A polish invasion
Sourya / MON FOOT BRITISH A MOI
Unhappy Birthday
I’m a loser
Birds of passage
Scilly or not Silly ?
Pilgrimage in the North West
Stand up for Wycombe !
Throw your foot
Wembley II, le temple de l’avenir
My Heart Goes Bang
Sympathy for the Devils
Da Pippo Code
Forty four days
Win when he’s singing
More Specials
Two nil and you f.. it up !
Heart and Spirit
Désespérantes Footwives
Ashburton smiles
London 0, USA 4
Time for heroes