archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Désespérantes Footwives
Désespérantes Footwives
Richard N. - Article publié le vendredi 12 octobre 2007
Elles suivraient leurs hommes jusqu’au bout du monde pourvu que les boutiques y soient ouvertes. Elles, ce sont les Wags, les femmes et copines des joueurs du onze d’Angleterre. Attention : article people.

La Coupe du Monde en Allemagne n’a pas été un grand souvenir pour le football anglais. Une équipe sans génie, un sélectionneur dépassé, des joueurs fatigués, blessés, expulsés... Rien de très réjouissant. Les envoyés spéciaux des tabloids qui couvraient l’évènement n’ont toutefois pas perdu leur temps. Tandis que Franck Lampard and Co faisaient bailler l’assistance, le regard avisé des photographes se tournait dans la partie des tribunes où sévissaient leurs épouses. Car contrairement à leurs hommes, ces dames ont su attirer l’attention vers leurs personnes, non seulement pour leur plastique avantageuse (on se gardera de vous citer les deux-trois contre-exemples...) mais aussi et surtout pour leur comportement hystérique et provocateur.

Finie l’épouse parfaite type blonde slovaque qui se contente de sourire aux photographes. Exit la Velina suggestive qui se trémousse devant les caméras de la TV italienne. L’heure est désormais aux Wags (Wifes and Girlfriends), les épouses trash de nos amis les footballeurs de l’équipe d’Angleterre. Le terme est apparu vers 2003/2004 dans ces torchons qu’on nomme pudiquement presse populaire. Il est parvenu sur toutes les lèvres lors du Mondial 2006 et est en passe aujourd’hui de faire son entrée dans les dictionnaires. Etre une Wag, c’est devenu un état d’esprit : Shopping effreiné dans les boutiques les plus chics, goût prononcé pour le champagne, vulgarité bruyante et goût de la provocation photogénique. Etre une Wag, c’est même devenu une activité à part entière. Non contentes d’assurer la promotion de leur bonhomme de footballeur, ces dames ont leur propre coiffeur, leur photographe attitré, et même parfois un conseiller en communication.

Chef de file de ces Paris Hilton en herbe, Madame David Beckham, l’épouse ultra-célèbre du plus glamour des footballeurs d’Angleterre. L’ex-Posh Spice, réputée pour ses caprices et son peu de culture générale, se place régulièrement à la une des magazines people et met un point d’honneur à rafler les titres de femme la plus insupportable du Royaume d’Angleterre. Du très haut niveau qui rejette dans l’ombre quelques jeunes femmes méritantes comme Alex Curran (alias Mrs Steven Gerrard), qui s’en tire avec le titre d’épouse la plus mal habillée d’Angleterre, ou comme Coleen McLoughlin (Mrs Wayne Rooney), qui a la particularité de ne pas provenir d’une agence de mannequin et d’avoir donc un physique très courant. Ce qui ne l’empêche guère d’assimiler les usages du shopping et de la carte de crédit.

Même Cheryl Tweedy (Mrs Ashley Cole) ne parvient pas à surpasser la Spice Girl. L’ancienne chanteuse des Girls Aloud ne se permet aucune soirée londonienne sans exhiber un décolleté toujours plus étourdissant. Elle livre ses exploits intimes au premier gratte-papier venu et a même réussi l’exploit de se faire condamner pour coups et blessures suite à une bagarre dans une boite de nuit. Un morceau de Lily Allen lui a été ironiquement dédié, ce dont madame Beckham ne peut encore se vanter.

Le phénomène Wags a pris une telle ampleur qu’une série télévisée a vu le jour, "Footballers Wives", un feuilleton où le foot se fait une (toute petite) place dans une intrigue où se mêlent sexe, mensonges et crimes divers. Une émission de télé-réalité, "Wags boutique" s’est également emparée du phénomène, mettant en spectacle des petites amies de joueurs nettement moins connus.

Ces épouses, charmantes et stupides, font un peu déraper l’image trop lisse des footballeurs anglais actuels, qui souffrent de la comparaison avec leurs ainés type Stan Bowles ou George Best. Mais les excentricités de ces dames en irritent certains lorsqu’elles débordent de leurs prérogatives. Ainsi Roy Keane, manager de Sunderland, est ulcéré par ce joueur qui n’a pas voulu rejoindre son club, parce que sa femme préférait faire du shopping à Londres : "Les priorités ont changé. Les footballeurs sont dirigés par leurs femmes...". Mais qu’en pense donc Madame Keane ?

Telegraph

Strachanismes
Chelsea a le Blues
Leeds, grandeur et décadence
Les Underdogs de Bermondsey
L’Angleterre se fait plaisir
La défaite est en vous
L'Angleterre au stade de la lose
Cole for England !
Spanish Fever
Liverpool vs Manchester
Welcome to the Den
Faut-il vendre Manchester United ?
Les Abramoviques
C'est Byzance !
L’Angleterre vote pour l’Europe... au féminin
Génération Bolton
L’internarsenalisation en marche
L’angoisse du siège vide
Heart attack
Great Great Gretna
Le Old Firm est-il soluble dans la Premier League ?
Legends never die
Et maintenant, le monde...
Road to Wigan Pier
Jean-Vic Chapus / MON FOOT BRITISH A MOI
Chic la D2...
Vive le C.P.E. !
Sweet and tender football fan
Ellan Road / MON FOOT BRITISH A MOI
Tell me there’s a heaven
Xavier Rivoire / MON FOOT BRITISH A MOI
Wrong number
A prayer for England
L’Angleterre, championne du monde ?
Les Mondialistes du Royaume
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Rêvons encore un peu
Pourvu qu’il pleuve
This boring game
Eriksson le glas...
Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
A polish invasion
Sourya / MON FOOT BRITISH A MOI
Unhappy Birthday
I’m a loser
Birds of passage
Scilly or not Silly ?
Pilgrimage in the North West
Stand up for Wycombe !
Throw your foot
Wembley II, le temple de l’avenir
My Heart Goes Bang
Sympathy for the Devils
Da Pippo Code
Forty four days
Win when he’s singing
More Specials
Two nil and you f.. it up !
Heart and Spirit
Désespérantes Footwives
Ashburton smiles
London 0, USA 4
Time for heroes