archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Da Pippo Code
Da Pippo Code
Richard N. - Article publié le vendredi 25 mai 2007
Deux ans après Istanbul, Milan a pris sa revanche sur Liverpool. Une revanche froide et implacable, signée Pippo Inzaghi. Pour Steven Gerrard et les Reds, la sixième Coupe aux Grandes Oreilles, ce sera pour plus tard.

Au cinéma, l’épisode II est rarement aussi bon que le premier. Le scénario est un peu plus convenu, certains acteurs ne sont plus là et les surprises sont moindres. Celà n’en reste pas moins une agréable distraction, et ce Milan-Liverpool 2007, s’il n’a pas atteint les sommets émotionnels de sa devancière, s’il a été pauvre en occasions de buts, a fourni le minimum que l’on attend d’une finale.

Evidemment, les Reds ont perdu. Mais Liverpool n’a pas usurpé sa présence à Athènes. Au contraire, les Reds ont posé bien des difficultés à leurs futurs vainqueurs, les prenant à la gorge au point de voir parfois des Maldini et des Nesta perdre le ballon et un peu de leur sang-froid. Les Milanais, sans être exceptionnels, ont su maîtriser leurs adversaires. Même fatigué, même essoufflé, même un peu débordé, Milan peut s’appuyer sur son effectif à la moyenne d’âge boltonesque pour faire parler l’expérience, à l’image de son capitaine Paolo Maldini, 38 ans, qui a à lui seul remporté autant de Coupes d’Europe que Liverpool dans toute son histoire. Milan fut légèrement dominé par le club anglais, mais a su attendre son heure. Elle est venue peu avant la mi-temps, sur un but à la Patrick Dewaere ("Coup de Tête") de Pippo Inzaghi. La victoire milanaise a ensuite été oblitérée en fin de rencontre par un deuxième but du même Pippo, exploitant une passe magnifique du futur Ballon d’Or, le brésilien Kakà. Le but de Kuyt, inscrit en toute fin de match, n’a fait que remonter quelques reminiscences au parfum turc, sans suite.

Comme souvent, les hommes de Rafael Benitez se sont appliqués à empêcher leurs adversaires de jouer. Une fois le ballon dans leurs pieds, les Reds ont attaqué, mais de manière souvent désordonnée, à l’image de Boudewijn Zenden que l’on a connu plus brillant. Leurs actions offensives manquaient d’imagination et ils durent s’en remettre aux frappes lointaines, d’un Gerrard ou d’un Riise. Leurs rares incursions dans la surface milanaise résultaient moins d’actions rondement menées que de loupés de leurs adversaires. En début de seconde période, Gerrard seul devant Dida, a manqué la cible. Pas de chance, le gardien brésilien, habituel talon de l’Achille milanais, était dans un bon soir.

Liverpool avait remporté sa cinquième C1 en 2005, Milan remporte sa septième en 2007. On n’épiloguera pas sur le fait que le Berlusconi’s Football Club, mouillé dans le Moggigate qui a envoyé la Juve en Série B, n’aurait jamais dû participer à cette édition de la Champion’s League... tout comme on évitera de s’attarder sur le cas de Javier Mascherano, qui n’aurait jamais dû être autorisé à jouer à Liverpool avant le mois de juillet prochain.

L’histoire retiendra donc la victoire du Milan et, comme elle ne retient que les vainqueurs, oubliera que Liverpool lui a tenu tête en finale. Tout comme on oubliera l’euphorie qui, un mois plus tôt, avait gagné le foot anglais lorsqu’il présenta, le torse bombé, trois de ses clubs en demi-finale, tout en soulignant qu’un club de Premier League était présent à chaque finale de C1 depuis trois ans. Milan et Super-Pippo ont indiqué qu’il était encore tôt pour évoquer une éventuelle hégémonie du foot anglais sur l’Europe.

Telegraph

Strachanismes
Chelsea a le Blues
Leeds, grandeur et décadence
Les Underdogs de Bermondsey
L’Angleterre se fait plaisir
La défaite est en vous
L'Angleterre au stade de la lose
Cole for England !
Spanish Fever
Liverpool vs Manchester
Welcome to the Den
Faut-il vendre Manchester United ?
Les Abramoviques
C'est Byzance !
L’Angleterre vote pour l’Europe... au féminin
Génération Bolton
L’internarsenalisation en marche
L’angoisse du siège vide
Heart attack
Great Great Gretna
Le Old Firm est-il soluble dans la Premier League ?
Legends never die
Et maintenant, le monde...
Road to Wigan Pier
Jean-Vic Chapus / MON FOOT BRITISH A MOI
Chic la D2...
Vive le C.P.E. !
Sweet and tender football fan
Ellan Road / MON FOOT BRITISH A MOI
Tell me there’s a heaven
Xavier Rivoire / MON FOOT BRITISH A MOI
Wrong number
A prayer for England
L’Angleterre, championne du monde ?
Les Mondialistes du Royaume
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Rêvons encore un peu
Pourvu qu’il pleuve
This boring game
Eriksson le glas...
Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
A polish invasion
Sourya / MON FOOT BRITISH A MOI
Unhappy Birthday
I’m a loser
Birds of passage
Scilly or not Silly ?
Pilgrimage in the North West
Stand up for Wycombe !
Throw your foot
Wembley II, le temple de l’avenir
My Heart Goes Bang
Sympathy for the Devils
Da Pippo Code
Forty four days
Win when he’s singing
More Specials
Two nil and you f.. it up !
Heart and Spirit
Désespérantes Footwives
Ashburton smiles
London 0, USA 4
Time for heroes