archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

A polish invasion
A polish invasion
Filip B - Article publié le jeudi 28 septembre 2006
De Jerzy Dudek, héros déchu de Liverpool, à Tomasz Kuszczak, futur gardien de Manchester United, les clubs anglais se tournent vers la Pologne pour dénicher les joueurs de demain.

Le foot polonais s’est révélé lors des Jeux Olympiques de Munich en 1972, alors que l’équipe nationale devint, à la surprise générale, championne olympique après sa victoire contre la Hongrie (2-1). Cette équipe était emmenée par le génial meneur de jeu du Legia Varsovie, Kazimierz Deyna, et comptait dans ses rangs Jan Tomaszewski, Wladyslaw Zmuda, Grzegorz Lato, Henryk Kasperczak, Andrzej Szarmach ou Robert Gadocha. La coupe du monde 1974 marquera l’apogée de cette génération dorée, qui terminera troisième du tournoi. Cette génération ira ensuite au Mondial argentin ou elle finira au deuxième tour. En 1982, une équipe rajeunie par les Boniek, Matysik, Buncol et autres Smolarek terminera elle aussi troisième de la Coupe du Monde espagnole.

La Pologne s’était installée parmi les grandes nations du foot, mais n’avait pu résister longtemps aux difficultés du quotidien. Après 1982 s’ensuivit un long trou noir footballistique. La disparition des structures de formation communistes décimèrent pour de bon un football où les meilleurs éléments choisissaient de monnayer leurs chez les plus offrant à l’Ouest. La deuxième place aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 et au championnat d’Europe des moins de 18 ans ne furent pas que des parenthèses heureuses sans lendemain. Aujourd’hui la Reprezentacja Polska a perdu de son lustre d’antan comme on a pu le constater en juin dernier lors de la Coupe du Monde en Allemagne. Cependant, les footballeurs polonais continuent plus que jamais à s’expatrier dans de nombreux championnats européens. Outre les destinations classiques que sont l’Allemagne, la Turquie et la Grèce, on assiste depuis deux ans, dans le sillage de Jerzy Dudek, à une arrivée massive de joueurs polonais en Premier League, en Championship et en Scottish League.

Si Dudek semble être le précurseur de cette colonie slave outre-Manche, il n’est pas le seul Polonais à avoir foulé les pelouses anglaises ces dernières années. Ainsi en 2005-2006, Tomasz Hajto a joué pour Southampton et Derby County. On peut également signaler Bartosz Tarachulski (Yeovil Town 2004-2005), Emmanuel Olisadebe (Portsmouth 2005-2006) Kamil Kosowski (Southampton 2005-2006 ) ou Tomasz Frankowski (Wolverhampton 2005-2006)...

Cette mode du footballeur polonais peut s’expliquer par l’entrée récente de la Pologne dans l’Union Européenne, mais aussi et surtout par l’excellent travail de formation qui a été institué depuis trois ans à l’initiative de l’ancien coach de l’équipe nationale, Henryk Apostel, devenu vice-président de la fédération polonaise de football. A l’image des Français ou des Suisses il y a peu, la Pologne a décidé de faire de la formation et des équipes de jeunes une priorité pour retrouver son éclat d’antan. Une politique qui a rapidement portée ses fruits. Ainsi cette saison on dénombre pas moins de 12 polonais dans les trois premières divisions du championnat d’Angleterre, parmi lesquels de nombreux jeunes.

Derrière l’emblématique Jerzy Dudek, à Liverpool depuis 2001, héros de la victoire d’Istanbul mais aujourd’hui relegué sur le banc, derrière également l’impeccable Artur Boruc, joueur désormais majeur du Celtic Glasgow en Ecosse, les clubs britanniques semblent attirés par les gardiens de but successeurs de Jan Tomaszewski. On a découvert tout récemment Tomasz Kuszczak, 24 ans, qui a signé cet été un contrat de quatre ans avec Manchester United, après deux années passées à West Bromwich Albion. Lancé dans le grand bain lors d’un chaud Manchester-Arsenal, le Polonais s’est distingué en repoussant un penalty... Erwin Van der Sar a du souci à se faire. Bartosz Bialkowski, dix-neuf ans, a rejoint Southampton en 2005. Issu de Górnik Zabrze, rapidement titulaire chez les Saints, une grave blessure au genou l’éloigne des terrains pendant six mois. De retour à l’entraînement, il pourrait retrouver une place de titulaire assez rapidement. D’autres jeunes gardiens sont déjà en Angleterre : Artur Krysiak, 17 ans, issu de Łódź et aujourd’hui à Birmingham City et dont l’entraineur des gardiens Nigel Spink (ancien gardien d’Aston Villa héros de la finale de Coupe des clubs champions 1982) dit le plus grand bien. Wojciech Szczęsny, 16 ans, a rejoint les Gunners d’Arsène Wenger durant cet été 2006. Un autre jeune gardien, Przemysław Kazmierczak (18 ans) orginaire de Łódź, fait ses gammes au sein de l’académie de Bolton Wanderers.

D’autres joueurs se distinguent en Premier League : Tomasz Cywka qui était courtisé par les plus grandes écuries européennes avant de choisir Wigan ; Jarosław Fojut (19 ans), régulièrement sur les feuilles de match de Bolton et qui vient de faire ses débuts officiels en Carling Cup ; Błażej Augustyn, même âge, même club, commence à etre sur les feuilles de matchs de l’équipe de Sam Allardyce. En championship, Grzegorz Rasiak (26 ans, Southampton) est redevenu le buteur prolifique qu’il était à Derby County après 6 mois ratés à Tottenham. Sinon, Adam Czerkas (22 ans) évolue à Queens Park Rangers, alors que Pawel Abbott (24 ans) a rejoint Huddersfield Town, en League One. Ce dernier né en Angleterre de parents polonais a choisi son pays d’origine et n’a pour l’instant joué qu’avec les espoirs polonais.

On pourrait ajouter à cette liste les noms de Andy Johnson, buteur d’Everton et polonais par sa mère (il a d’ailleurs décliné l’équipe nationale polonaise et a choisi les Three Lions), ainsi que Tomasz Radzinski, l’attaquant de Fulham qui a finalement choisi de défendre les couleurs du Canada.

Gageons que cette résurrection du football polonais dans un championnat majeur n’est pas qu’un feu de paille et qu’elle fera renaître une équipe nationale polonaise qui renouera avec son passé glorieux.

Telegraph

Strachanismes
Chelsea a le Blues
Leeds, grandeur et décadence
Les Underdogs de Bermondsey
L’Angleterre se fait plaisir
La défaite est en vous
L'Angleterre au stade de la lose
Cole for England !
Spanish Fever
Liverpool vs Manchester
Welcome to the Den
Faut-il vendre Manchester United ?
Les Abramoviques
C'est Byzance !
L’Angleterre vote pour l’Europe... au féminin
Génération Bolton
L’internarsenalisation en marche
L’angoisse du siège vide
Heart attack
Great Great Gretna
Le Old Firm est-il soluble dans la Premier League ?
Legends never die
Et maintenant, le monde...
Road to Wigan Pier
Jean-Vic Chapus / MON FOOT BRITISH A MOI
Chic la D2...
Vive le C.P.E. !
Sweet and tender football fan
Ellan Road / MON FOOT BRITISH A MOI
Tell me there’s a heaven
Xavier Rivoire / MON FOOT BRITISH A MOI
Wrong number
A prayer for England
L’Angleterre, championne du monde ?
Les Mondialistes du Royaume
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Rêvons encore un peu
Pourvu qu’il pleuve
This boring game
Eriksson le glas...
Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
A polish invasion
Sourya / MON FOOT BRITISH A MOI
Unhappy Birthday
I’m a loser
Birds of passage
Scilly or not Silly ?
Pilgrimage in the North West
Stand up for Wycombe !
Throw your foot
Wembley II, le temple de l’avenir
My Heart Goes Bang
Sympathy for the Devils
Da Pippo Code
Forty four days
Win when he’s singing
More Specials
Two nil and you f.. it up !
Heart and Spirit
Désespérantes Footwives
Ashburton smiles
London 0, USA 4
Time for heroes