archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Tevez and Mascherano are blowing bubbles...

Fin août 2006, le club de West Ham se renforce de deux internationaux argentins. L'auteur fait fi des interrogations que suscitent ces deux transferts-surprises, et ne boude pas son enthousiasme.

Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
Yann Rush - Article publié le vendredi 1er septembre 2006
Les signatures de Carlos Tevez et Javier Mascherano concluent deux années de réussite sportive pour le club de l’East London. Retour sur le passé récent de West Ham.

On savait les deux joueurs argentins sur le départ. Mais on les imaginait plutôt atterrir à Manchester ou à Munich. Ou, depuis Heathrow, s’arrêter sur Fulham Road. Par bonheur pour des milliers de supporters claret and blue, Tevez et Mascherano ont filé vers l’est. Les voici dorénavant à Upton Park. Ils y passeront la saison, au moins. Le rêve, impensable hier, est devenu réalité. Mais, plus que le point de départ d’une improbable aventure couronnée de succès, il faut plutôt voir dans ces transferts le point culminant de deux ans de réussite sportive et de choix enfin judicieux. Aussi surprenantes soient-elles, ces signatures ne sont pas isolées et s’inscrivent dans une logique sportive à moyen terme visant à placer West Ham dans les six meilleurs clubs de Premier League.

Flash-back. En 2002-2003, malgré un effectif talentueux, les Hammers finissent dix-huitième et sont ainsi condamnés à la relégation. C’en est fini de la génération dorée des Defoe, Cole, Johnson, Carrick auxquels on peut associer Lampard Junior et Ferdinand, présents au début de l’aventure mais évoluant déjà sous des cieux plus rémunérateurs. Certains s’en vont à Chelsea, d’autres à Tottenham. "Brown out, Brown out" clament alors les supporters à propos du chairman, coupable à leurs yeux d’avoir dilapidé l’argent des transferts pour reconstruire le stade plutôt que d’investir dans des joueurs. Entre autre. Pour ne pas risquer de s’enfoncer dans les sables mouvants de la nouvelle Coca Cola League Championship, Brown doit réagir vite. Quatre matchs de championnat plus tard, il remplace Glenn Roeder, peu apprécié des supporters, par Alan Pardew. La montée est alors l’objectif prioritaire. Il signe Marlon Harewood en provenance de Nottingham Forest, attaquant puissant, aux douze buts en dix-neuf matchs, dès le mois de novembre, puis Bobby Zamora en échange de Jermaine Defoe, dont le talent se perd en ex-Division One, en janvier 2004. Cette saison de transition se termine pourtant au Millenium Stadium de Cardiff, dans une finale des play-offs perdue face à Crystal Palace.

La saison suivante est mieux maitrisée, mais cela n’empêche pas West Ham de jouer à nouveau la montée via de périlleux play-offs. Bobby Zamora, l’enfant de Barking, fan de West Ham dans sa jeunesse, renvoie le club en Premier League. Oubliés Preston North End et Wolverhampton, revoilà Manchester et Liverpool. L’objectif est à présent différent. Il s’agit dorénavant de se maintenir. Pardew dépense pour cela £7m pour Dean Ashton, 20 ans, en provenance de Norwich (record du club.) Le début de saison dissipe tous les doutes. West Ham est rapidement dans le haut du tableau. Sept succès d’affilée en hiver leur permettent même d’envisager d’autres objectifs que le simple maintien en Premier League. La Cup, la plus vieille compétition de football au monde, leur donne l’occasion de briller. Le 13 mai, après avoir successivement éliminé Bolton et Manchester City, West Ham affronte le champion d’Europe en titre, Liverpool, et vient ainsi pour la troisième année d’affilée disputer une finale à Cardiff. Bizarrement, celle-ci est sans doute la moins primordiale, les Irons étant notamment déjà qualifiés pour la coupe de l’UEFA. La défaite somptueuse est anecdotique, tout comme la neuvième place finale en championnat. Pardew, digne successeur de John Lyall et Ron Greenwood, décédés cette année, a atteint son objectif. Il a construit une équipe, Harewood finissant la saison aux portes de la sélection, tout comme Nigel Reo-Coker. Etherington fait des merveilles à gauche, ainsi que Yossi Benayoun au centre. En défense, Anton Ferdinand se prend pour Rio.

C’est ainsi que l’on en arrive à cette intersaison, plutôt calme jusqu’au 30 août, malgré les arrivées de Lee Bowyer, de John Pantsil et de Carlton Cole, puis qui s’emballe brusquement au petit matin suite à un message sur le site internet de Carlos Tevez. Il annonce qu’il va signer à West Ham, en compagnie de Javier Mascherano. Les supporters des Hammers devront néanmoins patienter de longues heures avant que le club n’annonce officiellement la signature des deux joueurs.

Ce coup, au nez et à la barbe de quelques grands d’Europe, met paradoxalement West Ham dans une position délicate. De club de second rang, il devient un outsider plausible. Plus que la présence de tel ou tel joueur dans l’effectif, West Ham a-t-il les reins assez solide cette fois pour défendre sur tous les terrains anglais ses nouvelles ambitions ? En 2003, c’est avec un effectif au moins aussi solide, pensait-on alors, et après une saison à la 7ème place que le club était descendu.

Mais ne soyons pas défaitiste au lendemain d’une si belle journée. Avec Harewood, Zamora, Ashton (récemment appelé en sélection) et Tevez, Pardew possède quatre attaquants de grand talent. Ashton-Tevez devrait être la paire la plus utilisée. Au milieu, Mascherano devrait évoluer aux côtés de Reo-Coker, Lee Bowyer et sans doute Benayoun. A moins qu’Etherington ne soit préféré à ce dernier. En défense, Pantsil intégrera vraisemblablement le côté droit, bien qu’il puisse jouer également dans l’axe. Pardew risque en tout cas de passer de nombreuses nuits d’insomnie au moment de choisir ses hommes.

Abondance de biens ne nuit pas. Parait-il. Les supporters croiseront les doigts... une fois redescendus de leur nuage.

Telegraph

Strachanismes
Chelsea a le Blues
Leeds, grandeur et décadence
Les Underdogs de Bermondsey
L’Angleterre se fait plaisir
La défaite est en vous
L'Angleterre au stade de la lose
Cole for England !
Spanish Fever
Liverpool vs Manchester
Welcome to the Den
Faut-il vendre Manchester United ?
Les Abramoviques
C'est Byzance !
L’Angleterre vote pour l’Europe... au féminin
Génération Bolton
L’internarsenalisation en marche
L’angoisse du siège vide
Heart attack
Great Great Gretna
Le Old Firm est-il soluble dans la Premier League ?
Legends never die
Et maintenant, le monde...
Road to Wigan Pier
Jean-Vic Chapus / MON FOOT BRITISH A MOI
Chic la D2...
Vive le C.P.E. !
Sweet and tender football fan
Ellan Road / MON FOOT BRITISH A MOI
Tell me there’s a heaven
Xavier Rivoire / MON FOOT BRITISH A MOI
Wrong number
A prayer for England
L’Angleterre, championne du monde ?
Les Mondialistes du Royaume
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Rêvons encore un peu
Pourvu qu’il pleuve
This boring game
Eriksson le glas...
Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
A polish invasion
Sourya / MON FOOT BRITISH A MOI
Unhappy Birthday
I’m a loser
Birds of passage
Scilly or not Silly ?
Pilgrimage in the North West
Stand up for Wycombe !
Throw your foot
Wembley II, le temple de l’avenir
My Heart Goes Bang
Sympathy for the Devils
Da Pippo Code
Forty four days
Win when he’s singing
More Specials
Two nil and you f.. it up !
Heart and Spirit
Désespérantes Footwives
Ashburton smiles
London 0, USA 4
Time for heroes