archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Rêvons encore un peu
Rêvons encore un peu
Yann Rush - Article publié le vendredi 16 juin 2006
L’Angleterre poursuit tant bien que mal son chemin dans cette Coupe du Monde. Si son jeu ne convainc toujours pas, la voilà néanmoins qualifiée pour le deuxième tour.

16h30. Réunion. Ca doit durer une demie-heure. Comme souvent, celle-ci s’éternise. 18h. Toujours là. 18h10. Pas mieux. 18h15. Ca se termine enfin. Je quitte à 18h30 de toute façon, mais j’ai deux-trois choses à finir avant de partir.

18h31. J’allume ma radio. 0-0 apparemment. Tant mieux, j’ai rien loupé. Ou presque. Juste quelques fautes de Crouch sur des longs ballons, une reprise de ce même Crouch du tibia à deux mètres du but, mais également, en fin de mi-temps, une tête d’un Trinitéen sauvée sur la ligne par un Terry inspiré.

La deuxième mi-temps démarra sur un faux rythme. Comme la première, sans doute. Carragher a remplacé Neville à droite de la défense. C’est le seul changement effectué par Eriksson par rapport au premier match face au Paraguay. Bien que présents sur le terrain, on vit assez peu Owen, à peine plus Gerrard. Au niveau du jeu, l’Angleterre buta sur une équipe défendant parfaitement son but, qui, par ailleurs, ressembla à de nombreux égards à... l’Angleterre 2004. Sans génie, sans inventivité, on crut fort pendant toute cette deuxième période que les Eriksson Boys n’allaient jamais s’en sortir. Ce fut presque le cas. Pénible depuis le début de ce Mondial, on avait oublié que cette équipe possédait néanmoins de grands joueurs, à défaut d’un grand entraîneur. Un amour de centre de Beckham et une frappe gerrardienne de... Gerrard permettaient à l’Angleterre de se sortir du traquenard TNT.

Au niveau du jeu, le seul changement effectué par Eriksson (Carragher pour Neville, donc) n’a bien entendu pas changé la donne. Saluons la performance Trinitéenne pour avoir fait jeu égal avec deux des meilleures sélections européennes pendant 170 minutes. Sa tactique ne favorisa certes pas le jeu de l’équipe adverse, mais on ne va pas les blâmer pour ça. Blâmons plutôt les Anglais, coupables d’un cruel manque de mouvement, d’envie et de pleins d’autres choses. Individuellement, Robinson, très peu sollicité depuis le début de cette Coupe du Monde ne rassure cependant pas. Ses sorties aériennes sont la plupart du temps approximatives. Terry ne sera pas toujours là pour lui sauver la mise. Le back four, sans attaquant de classe mondiale en face, eut un match relativement tranquille et fut vigilant en fin de match sur quelques contres trinitéens. Au milieu, on regrette une fois de plus de voir Gerrard jouer si bas. Avec Beckham cantonné à droite et Cole à gauche, cette sélection manque d’un véritable appui derrière les deux pointes. Pour finir, un mot sur ces deux attaquants. Crouch ressemble plus à un joueur de basket et est aussi adroit devant le but que Shaquille O’Neal aux lancer-francs, mais, il eut néanmoins le mérite de se créer des occasions et de conclure l’une d’elles. Job done. Owen ressemble lui au Crouch de Liverpool, un attaquant sans grand talent.

A l’heure où j’écris ces lignes, la Suède bat le Paraguay. Le Suède-Angleterre sera donc décisif, pour la première place, un nul suffisant aux anglais pour terminer en tête du groupe. Ce match ne sera pas de trop pour l’équipe d’Eriksson avant d’affronter l’Allemagne ou l’Equateur. Si le premier objectif est atteint, il reste encore de nombreux doutes sur la capacité de cette équipe à être présente à Berlin le 9 juillet. Sans pression excessive, le match face à la Suède pourrait justement servir à ôter quelques uns de ces doutes.

Telegraph

Strachanismes
Chelsea a le Blues
Leeds, grandeur et décadence
Les Underdogs de Bermondsey
L’Angleterre se fait plaisir
La défaite est en vous
L'Angleterre au stade de la lose
Cole for England !
Spanish Fever
Liverpool vs Manchester
Welcome to the Den
Faut-il vendre Manchester United ?
Les Abramoviques
C'est Byzance !
L’Angleterre vote pour l’Europe... au féminin
Génération Bolton
L’internarsenalisation en marche
L’angoisse du siège vide
Heart attack
Great Great Gretna
Le Old Firm est-il soluble dans la Premier League ?
Legends never die
Et maintenant, le monde...
Road to Wigan Pier
Jean-Vic Chapus / MON FOOT BRITISH A MOI
Chic la D2...
Vive le C.P.E. !
Sweet and tender football fan
Ellan Road / MON FOOT BRITISH A MOI
Tell me there’s a heaven
Xavier Rivoire / MON FOOT BRITISH A MOI
Wrong number
A prayer for England
L’Angleterre, championne du monde ?
Les Mondialistes du Royaume
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Rêvons encore un peu
Pourvu qu’il pleuve
This boring game
Eriksson le glas...
Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
A polish invasion
Sourya / MON FOOT BRITISH A MOI
Unhappy Birthday
I’m a loser
Birds of passage
Scilly or not Silly ?
Pilgrimage in the North West
Stand up for Wycombe !
Throw your foot
Wembley II, le temple de l’avenir
My Heart Goes Bang
Sympathy for the Devils
Da Pippo Code
Forty four days
Win when he’s singing
More Specials
Two nil and you f.. it up !
Heart and Spirit
Désespérantes Footwives
Ashburton smiles
London 0, USA 4
Time for heroes