archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Deux ou trois choses que je sais d’elles
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Richard N. - Article publié le jeudi 15 juin 2006
Elles, ce sont Trinité et Tobago, deux îles baignant au sud des Caraïbes et formant le plus petit pays de l’histoire de la World Cup. Ses joueurs s’apprêtent à affronter l’Angleterre avec une motivation toute particulière, puisque la plupart d’entre eux évoluent en Grande Bretagne.

En réalisant un joli 0-0 face à la Suède, Trinité-et-Tobago a signé la première surprise de la Weltmeisterschaft 2006. Pour arracher cette performance, les Soca-Warriors ont dû céder à la première expulsion du tournoi, et ont affiché un fighting-spirit parfois à la limite de l’acceptable. Mais cela n’enlève rien à leur mérite. Ce point gagné ne peut pas non plus être porté au crédit d’une certaine "légèreté" de l’adversaire, les Suédois n’étant pas coutumiers de genre d’erreur. Avant même que ne débutait le tournoi, Trinité-et-Tobago détenait un record de ce Mondial 2006, celui du plus grand nombre de rencontres disputées en éliminatoires. Pas moins de vingt matches ont en effet été nécessaires aux Soca-Warriors pour obtenir leur billet vers l’Allemagne. C’est souvent le lot de ces équipes provenant des Caraïbes, obligées de passer les filtres de la zone Concacaf, un énorme "continent" du foot qui ne distribue que quatre places pour la Coupe du Monde, en sachant que les deux premières sont systématiquement occupées par le Mexique et les Etats Unis.

Jusqu’alors, le million et quelques d’habitants des deux îles ne se passionnait pas énormément pour son équipe de foot, lui préférant nettement celle de cricket. Mais cette dernière accumulant les déconvenues, la qualification pour la Coupe du Monde a propulsé les Soca-Warriors au premier plan. A leur retour du Bahrein où ils sont allé arracher la victoire décisive, les joueurs ont été accueillis dans une ambiance de folie rythmée par les steel bands. Le gouvernement a même décrété un jour férié pour fêter la qualification. Après les loupés de 1974 et de 1990, ce pays méritait bien de figurer un jour dans l’élite mondiale. Souvent considéré comme la quatrième meilleure équipe des Caraïbes, il était donc logique qu’après Cuba (1938), Haïti (1974) et la Jamaïque (1998), T’n’T puisse prendre part au grand festin du foot mondial.

Ne croyez pas que les Soca-Warriors jouent un football-calypso comme d’autres joueraient un football-samba. Trinité-et-Tobago est une ancienne colonie britannique et elle en a conservé la langue officielle, une passion pour le cricket et un football plutôt rugueux. A l’instar de la Jamaïque, beaucoup de joueurs trinitadiens font carrière en Angleterre ou en Ecosse. Quatorze d’entre eux figurent parmi les vingt-trois présents en Allemagne. Et l’on ne compte pas le plus célèbre d’entre eux, l’ancienne star de Manchester United Dwight Yorke, désormais titulaire au Sydney Football Club, en Australie. L’ancien attaquant mancunien (il a également joué à Aston Villa, à Blackburn et Birmingham) avait mis fin à sa carrière internationale après les éliminatoires du Mondial 2002. Trois ans plus tard, à trente-cinq ans, il a été rappelé au pays pour un dernier coup de main. Un choix qu’il ne regrette certainement pas.

L’autre star trinitadienne s’appelle Russell Latapy. A 37 ans, il est également sorti de sa retraite pour vivre la Coupe du Monde. Ancien joueur du FC Porto et Boavista, Latas a également joué à Hibernian, aux Glasgow Rangers et à Dundee United. Il est aujourd’hui entraîneur-joueur à Falkirk. Cinq autres joueurs évoluent en Ecosse. Le plus connu est Marvin Andrews, le mystique défenseur des Glasgow Rangers, devenu célèbre il y a un an lors de son retour sur les terrains suite à une rupture des ligaments croisés... qu’il a refusé de faire opérer. Le gardien titulaire Kelvin Jack joue quand à lui au Dundee FC, le milieu de terrain Densill Theobald joue avec Latapy à Falkirk, l’attaquant Collin Samuel évolue à Dundee United, et le bien nommé attaquant Jason Scotland est titulaire à St Johnstone.

Neuf joueurs évoluent quand à eux en Angleterre, mais un seul dans un club de Premier League, le gardien vétéran Shaka Hislop, qui garda les buts de West Ham lors de la dernière finale de Cup. Quatre d’entre eux évoluent en Championship (D2) : Le gardien Clayton Ince et l’attaquant Stern John (Coventry), le milieu de terrain Carlos Edwards (Luton) et l’attaquant Kenwyne Jones (Southampton). En League One (D3), on retrouve deux défenseurs à Gillingham, Ian Cox et Brent Sancho, ainsi que le meneur de jeu de Port Vale, Chris Birchall, dont l’histoire mérite d’être contée. Enfin, le défenseur Dennis Lawrence évolue à Wrexham, un club gallois niché en League Two.

Le dénommé Chris Birchall est en effet un cas à part dans cette équipe. Auteur d’un but énorme lors des barrages contre le Bahrein, l’attaquant de Port Vale est facilement remarquable : C’est le seul blanc de l’équipe. C’est même le premier de l’histoire des Soca-Warriors. Natif de Stafford, il n’avait jamais mis les pieds aux Caraïbes avant d’être appelé par Leo Beenhakker. Mais il se trouve que sa mère est née à Port-of-Spain, et celà suffit souvent, lorsqu’on sait se servir d’un ballon, pour obtenir un passeport en bonne et due forme.

Inutile de chercher plus loin ce qui motivera Birchall et ses nouveaux compatriotes au moment d’affronter l’Angleterre. Jouer une Coupe du Monde représentait déjà un rêve des plus fous. Battre Beckham et consorts ferait de surcroit un chouette souvenir.

Telegraph

Strachanismes
Chelsea a le Blues
Leeds, grandeur et décadence
Les Underdogs de Bermondsey
L’Angleterre se fait plaisir
La défaite est en vous
L'Angleterre au stade de la lose
Cole for England !
Spanish Fever
Liverpool vs Manchester
Welcome to the Den
Faut-il vendre Manchester United ?
Les Abramoviques
C'est Byzance !
L’Angleterre vote pour l’Europe... au féminin
Génération Bolton
L’internarsenalisation en marche
L’angoisse du siège vide
Heart attack
Great Great Gretna
Le Old Firm est-il soluble dans la Premier League ?
Legends never die
Et maintenant, le monde...
Road to Wigan Pier
Jean-Vic Chapus / MON FOOT BRITISH A MOI
Chic la D2...
Vive le C.P.E. !
Sweet and tender football fan
Ellan Road / MON FOOT BRITISH A MOI
Tell me there’s a heaven
Xavier Rivoire / MON FOOT BRITISH A MOI
Wrong number
A prayer for England
L’Angleterre, championne du monde ?
Les Mondialistes du Royaume
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Rêvons encore un peu
Pourvu qu’il pleuve
This boring game
Eriksson le glas...
Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
A polish invasion
Sourya / MON FOOT BRITISH A MOI
Unhappy Birthday
I’m a loser
Birds of passage
Scilly or not Silly ?
Pilgrimage in the North West
Stand up for Wycombe !
Throw your foot
Wembley II, le temple de l’avenir
My Heart Goes Bang
Sympathy for the Devils
Da Pippo Code
Forty four days
Win when he’s singing
More Specials
Two nil and you f.. it up !
Heart and Spirit
Désespérantes Footwives
Ashburton smiles
London 0, USA 4
Time for heroes