archives kick'n'rush
TELEGRAPH . FIGURES . HISTORY . FICHES CLUB

Sweet and tender football fan
Sweet and tender football fan
Yann Rush - Article publié le lundi 10 avril 2006
Des titres comme Frankly, Mr Shankly ou Roy’s keen ont mis le doute dans la tête de ses fans. Morrissey serait-il un vulgaire supporter de foot ? Tentative de décryptage à la veille de sa date parisienne.

Que sait-on exactement de l’attrait de Morrissey pour la chose footballistique ? Pas grand-chose. Contrairement à Johnny Marr, le parolier des Smiths est toujours resté discret à ce sujet. C’est vrai qu’on l’imagine assez peu vautré dans son canapé, revêtu d’un survêtement aux couleurs de son équipe préférée tout en buvant une bière. Il admet pourtant : « C’est un secret bien gardé mais, effectivement, j’aime beaucoup le football. » Il ajoute néanmoins : « Mais seulement en tant que spectateur. Je n’ai pas d’écharpe, ni de casquette... » Nous voilà rassurés... Là encore, si Johnny Marr est ouvertement fan des Blues de City, il semble plutôt que Morrissey soit pro-Red Devils. Cette affirmation semble confirmée par quelques chansons du Moz, Roy’s Keen en premier lieu puis, plus récemment, Munich Air Disaster 1958 paru en face B du single « Irish Blood, English Heart. »

La première chanson, parue sur Maladjusted en 1997, est ambiguë puisque le Roy en question n’est pas le milieu de terrain des Red Devils mais un laveur de carreaux. Cependant, la chanson commence ainsi : « He’s romancing you / And chancing his arms / And he’ll be here / Smiling on time », ce qui est une description assez juste de Roy Keane. Plus loin, Morrissey ajoute un « Roy is a star » plutôt surprenant pour un soit-disant laveur de carreaux. Il n’a jamais été clairement avéré, de la part de l’auteur du moins, que Roy’s Keen parle de Roy Keane. Chacun est donc libre de penser ce qu’il veut.

D’ambiguïté, il n’y a point concernant Munich Air Disaster 1958. La chanson est un hommage aux sept joueurs de Manchester United décédés tragiquement un soir de février 58. « We love them / We mourn for them / Unlucky boys of Red. » Morrissey ne s’associe pas seulement ici aux fans de Manchester United, il se compte parmi eux.

Onze ans avant Roy’s keen, sur l’album The Queen is dead, on trouve une chanson aussi ambiguë que celle, ou pas, sur Roy Keane. Son titre est Frankly Mr Shankly. Le « I didn’t realise you wrote such bloody awful poetry, Mr. Shankly » a-t-il quelque chose à voir avec les citations devenue célèbres de Bill Shankly ? Sans doute pas. Une rumeur voudrait que ce Mr Shankly soit en fait Geoff Travis, son manager d’alors. Il se pourrait également que la chanson soit basée sur une scène du film Billy Liar, datant de 1963.

Le mancunien Morrissey ne pouvait ainsi rester indifférent à Eric Cantona. Durant la tournée Boxers Tour de 1995, il avait pris l’habitude de marquer alternativement Eric ou Cantona sur son tambourin lors de chaque concert, tambourin que Morrissey jetait d’ailleurs au public à la fin de chaque gig. Eric Cantona apparaît également sur la vidéo d’ « Introducing Morrissey, » en quatrième de couv’ du magazine lu par un jeune skinhead, au début du documentaire. Hasard ? Certainement pas.

En tout cas, si Morrissey a aimé le joueur français, il semblerait que Cantona ne partage pas la passion de Jocelyn Gourvennec pour l’ex frontman des Smiths. Dans une interview donnée à Uncut pour la sortie de son dernier album il parle de « quelqu’un qui m’a rejeté de manière choquante. » Le journaliste annoncera plus loin dans l’article que ce quelqu’un était bel et bien Cantona. Dans la même interview, il épingle également David et Victoria Beckham. « J’aime la célébrité quand elle va avec l’intelligence. Le mot « Célébrité » est complètement galvaudé à l’heure actuelle. Il est trop souvent associé à des gens qui, justement, sont tout sauf des célébrités. »

A moins que nous réussissions à interviewer Morrissey pour « Mon foot british à moi » les questions que l’on se pose sur l’attrait réel du Moz concernant le football anglais, ainsi que sur la signification des quelques chansons citées plus haut, restent ouvertes.

En revanche, l’attrait de son ex-compère Johnny Marr pour le football n’est pas feint. Il supporte depuis longtemps Manchester City. Dans sa jeunesse, Marr avait même été approché par Nottingham Forest et avait fait des essais à Manchester City. Pour notre grand bonheur, il n’avait pas été retenu.

En tout cas, à voir leurs goûts footballistiques respectifs, on comprend mieux cette phrase de Morrissey, toujours dans Uncut : « Je préfèrerais manger mes testicules plutôt que reformer les Smiths. Et ça signifie beaucoup pour un végétarien... »

Telegraph

Strachanismes
Chelsea a le Blues
Leeds, grandeur et décadence
Les Underdogs de Bermondsey
L’Angleterre se fait plaisir
La défaite est en vous
L'Angleterre au stade de la lose
Cole for England !
Spanish Fever
Liverpool vs Manchester
Welcome to the Den
Faut-il vendre Manchester United ?
Les Abramoviques
C'est Byzance !
L’Angleterre vote pour l’Europe... au féminin
Génération Bolton
L’internarsenalisation en marche
L’angoisse du siège vide
Heart attack
Great Great Gretna
Le Old Firm est-il soluble dans la Premier League ?
Legends never die
Et maintenant, le monde...
Road to Wigan Pier
Jean-Vic Chapus / MON FOOT BRITISH A MOI
Chic la D2...
Vive le C.P.E. !
Sweet and tender football fan
Ellan Road / MON FOOT BRITISH A MOI
Tell me there’s a heaven
Xavier Rivoire / MON FOOT BRITISH A MOI
Wrong number
A prayer for England
L’Angleterre, championne du monde ?
Les Mondialistes du Royaume
Deux ou trois choses que je sais d’elles
Rêvons encore un peu
Pourvu qu’il pleuve
This boring game
Eriksson le glas...
Tevez and Mascherano are blowing bubbles...
A polish invasion
Sourya / MON FOOT BRITISH A MOI
Unhappy Birthday
I’m a loser
Birds of passage
Scilly or not Silly ?
Pilgrimage in the North West
Stand up for Wycombe !
Throw your foot
Wembley II, le temple de l’avenir
My Heart Goes Bang
Sympathy for the Devils
Da Pippo Code
Forty four days
Win when he’s singing
More Specials
Two nil and you f.. it up !
Heart and Spirit
Désespérantes Footwives
Ashburton smiles
London 0, USA 4
Time for heroes